Le Limoges CSP a bien transmis ses comptes intermédiaires à la DNCCG

Suivi de très près par la DNCCG à la suite de son déficit de 740.000 euros en juin dernier, le Limoges CSP a bien transmis, avant le 29 février, ses comptes au 31 décembre. Une réunion du Conseil Supérieur de Gestion est prévue le 14 mars, avant une éventuelle convocation du club.

Patrick Hianasy, président de la DNCCG, l'avait annoncé le 6 février, sur l'antenne de France Bleu Limousin, le Limoges CSP devait présenter, avant ce jeudi 29 février, "une situation intermédiaire à six mois, au 31 décembre 2023, pour que la DNCCG juge sur pièces, si le budget est atteignable au 30 juin 2024".

Réunion le 14 mars du Conseil Supérieur de Gestion

La DNCCG confirme ce soir "la bonne réception des éléments du CSP" et précise "qu'une réunion du Conseil Supérieur de Gestion étudiera, le 14 mars, l'ensemble des éléments transmis par les clubs, et à l'issue, certains clubs peuvent être convoqués".

Le CSP n'est, en effet, pas le seul club de Betclic Élite à présenter un déficit au terme de la dernière saison et à faire l'objet d'un examen approfondi de la DNCCG (3,2 millions pour Villeurbanne, 413.000 euros pour Strasbourg, 395.000 euros pour Cholet, 368.000 euros pour Gravelines-Dunkerque, 353.000 euros pour Le Portel).

Le risque de nouvelles sanctions

En fonction de la situation financière, Patrick Hianasy n'a pas exclu de nouvelles sanctions sportives en cours de saison, le CSP ayant déjà été sanctionné du retrait de deux victoires et de 10.000 euros d'amende pour "l'insincérité de ses comptes fin juin".

Actuellement 14ᵉ du classement de Betclic Élite, juste devant Blois, premier non relégable, le CSP précède Gravelines-Dunkerque et Roanne, qui ont deux matchs en retard, et pourrait donc se retrouver dans la zone rouge en cas de nouvelles sanctions sportives.