Le Limoges CSP quitte l'Europe sur une victoire

Pour son dernier match de BCL, le Limoges CSP s'est imposé sur son parquet de Beaublanc, 88-83, face à l'Hapoël Jérusalem.

Concentrés et appliqués, les hommes de Medhy Mary ont quitté la Coupe d'Europe sur une victoire, 88-83 contre l'Hapoël Jérusalem.
Concentrés et appliqués, les hommes de Medhy Mary ont quitté la Coupe d'Europe sur une victoire, 88-83 contre l'Hapoël Jérusalem. © Jean-Martial Jonquard/France Télévisions

C'était un match pour du beurre. Enfin du beurre pour le Limoges CSP, déjà éliminé de la suite de la compétition, quel que soit le résultat de la rencontre.
Mais pour du beurre, pas pour les Israéliens, qui eux avaient une chance de qualification, en cas de victoire uniquement.

Du coup, Beaublanc a vu du jeu. Enfin Beaublanc, un Beaublanc malheureusement vide de ses spectateurs...

Malgré l'absence de Phil Scrubb, pourtant si important dans la construction limougeaude, les hommes de Mehdy Mary entamaient bien la rencontre, et comptaient déjà sept points d'avance à la 4ème minute, après un tir primé de Jerry Boutsiele. (13-6).
Pourtant les Israéliens revenaient, et le premier quart s'achevait sur un score de parité, 21-21.

Le « mano a mano » continuait jusqu'à la mi-temps, mais on remarquait tout de même que Limoges avait et de l'envie, et de la ressource, suffisamment en tout cas pour doubler Jérusalem, sur un dernier gros travail et deux points de Boutsiele, qui permettait aux siens de rejoindre les vestiaires avec deux points d'avance. (43-41).

Mieux, à la rentrée sur le parquet, c'est Limoges qui accélérait et se détachait, jusqu'à dix longueurs (58-48 à la 25ème).
Mais les joueurs de Jérusalem se souvenaient alors qu'ils avaient une qualification à aller décrocher.
Leur retour fut brutal, et l'on crut un moment fatal. Juste avant le buzzer, sur un énième trois points, ils prenaient l'avantage, 64 à 68.

On a souvent vu le CSP craquer en pareil cas. Et puis comment lui en vouloir, sans enjeu, sans public...

Pourtant, et c'était l'une des satisfactions de l’entraîneur à la fin du match, pas cette fois.
Et alors que le money-time s'annonçait (presque) haletant, Limoges faisait face.

Oh bien sûr, un Beaublanc « habituel » aurait sans doute beaucoup « commenté » certaines décisions arbitrales, poussé ses joueurs et, au final, eut sans doute la satisfaction d'avoir « participé » à la victoire.
Mais même sans cela, le CSP assurait et, au terme d'une dernière minute un rien décousue mais parfaitement maîtrisée, et bien aidé par un trois points salvateur de Marcus Ginyard, s'imposait 88 à 83.

Il y aurait du coup presque des regrets, face à cette campagne européenne terminée à une piteuse dernière place de la poule. Des regrets face à ces matchs perdus souvent de peu, où les derniers instants n'auront pas été favorables comme ce mardi soir.
Mais dans ces temps où le basket est si rare, Limoges doit au contraire tirer quelque satisfaction de sa prestation.

Tous se sont battus, et quatre joueurs terminent à plus de vingt d'évaluation.
Pour une fois, le ratio « ballons perdus-passes décisives » (10-29) est à remarquer.
Comme souvent, Nicolas Lang et Jerry Boutsiele, dix-neuf points chacun, ont été précieux.
Speedy Smith, malgré son intégration à rythme forcé, a gratifié son équipe d'un « double-double ». (10pts, 13 assists).
Roméo Travis, à l'intégration d'autant plus compliquée qu'il n'avait pas joué depuis décembre 2019 avant son arrivée, a lui montré (et fait ENTENDRE!!) son leadership. Mehdy Mary confiait d'ailleurs que c'est ce qu'il attendait de lui, au moins pour moitié.

Et puis surtout, le CSP a cassé sa spirale de défaites (si on ne compte pas la Coupe de France), et après sa « déculottée » (quoique en partie explicable...) au Mans, retrouve un peu de confiance.

Plus qu'importante cette confiance ! Car le prochain match de Limoges, à l'horizon si lointain du 6 février, ne sera autre que le « Classico », la venue à Beaublanc de l'Élan Béarnais. Les dirigeants ont bien tenté par tous les moyens d'éviter cette rencontre en retard, de la « préserver » pour un jour où le public pourrait être de retour, mais sans succès.
Pau viendra donc et, quelques soient les circonstances, Limoges n'attendra rien d'autres qu'une victoire des siens.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
limoges csp basket-ball sport