Adapter les habitats aux enjeux du climat. Les "rencontres d’architecture en mouvement" à Limoges

Limoges et le Limousin vont être mis à l'honneur lors des rencontres d'architecture en mouvement. Conférences, visites, ateliers et formations sur trois jours pour mettre en avant l'adaptation de l'architecture aux enjeux climatiques.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

C'est une grande première et c'est organisé à Limoges. L'ordre des architectes de Nouvelle-Aquitaine va mettre le Limousin à l'honneur du 12 au 14 octobre. L'événement, qui ambitionne de devenir une biennale, "a pour objectif de présenter les solutions concrètes pour répondre aux enjeux de la crise climatique et démontrer ainsi la capacité des territoires à s’adapter face à l’impératif de la transition écologique". 

L'ordre des architectes a publié un plaidoyer "Habitat, villes et territoires, l'architecte comme solution". La biennale est une émanation de cette réflexion pour l'importer concrètement dans les territoires.

Ces rencontres s'adressent aux professionnels, aux particuliers et aux élus. Par le biais de visites de bâtiments exemplaires (notamment les nouveaux locaux de l'ordre des architectes rue des Tanneries à Limoges), de tables rondes et d'ateliers, l'idée est de sensibiliser à de nouvelles techniques et nouveaux matériaux. Le programme est à retrouver à ce lien.

Une partie du festival se déroulera à la caserne Marceau "un des axes sur lesquels nous avons à travailler est l'artificialisation zéro. Les villes sont pleines de friches qu'il faut réhabiliter. Il faut prioritairement reconstruire la ville sur la ville plutôt que de l'étaler. Construire du neuf coûte environ 2 500 euros le mètre carré. En Limousin, vu les tarifs de l'immobilier, réhabiliter de l'ancien reste plus avantageux".

Sophie Bertrand va participer à plusieurs tables rondes. Elle est installée depuis 2010 à Eymoutiers. Formée à l'école d'architecture de Clermont-Ferrand, elle a été sensibilisée à l'utilisation de matériaux plus vertueux. 

"Je travaille principalement sur la réhabilitation de l'ancien. J'apporte une vision globale." Elle travaille avec des matériaux comme le chanvre, la chaux, la terre. "Il y a un nouveau BTP qui fonctionne sur le triptyque : bois, terre, paille. La paille en particulier est intéressante, car elle évolue dans une autre temporalité que le bois. Là où il faut 40 ans pour renouveler une forêt, la paille est disponible en quantité tous les ans. En Limousin, nous avons la chance aussi d'avoir des artisans plus disponibles qu'à Bordeaux et qui maîtrisent la chaux, le travail de la pierre, les charpentes". 

Les rencontres débutent jeudi. Deux projections sont notamment très accessibles au grand public. Deux documentaires de Dominique Marchais "Nul homme n'est une île" diffusé le vendredi 13 à 14h et en avant-première "La rivière, projetée" samedi à 15h au cinéma le Lido. 

Pour aller plus loin, quelques conseils de lecture : 

  •  Réparons la ville ! Propositions pour nos villes et nos territoires, Christine Leconte et Sylvain Grisot, Édition Apogée, 2022
  •  Ces maires qui changent tout. Le génie créatif des communes, Mathieu Rivat, Domaine du possible, acte Sud.
  •  Le maire qui aimait les arbres, Nouvelle, Jean Chalendas, Domaine du possible Actes Sud.