"Les préserver tout en retirant une ressource" : ce propriétaire organise des visites de sa forêt pour expliquer l'exploitation du bois

Comprendre la vie des arbres et raisonner l'exploitation du bois sont des sujets qui animent Xavier Blanc. Ce sylviculteur, propriétaire d'une forêt de 34 hectares à Nedde (Haute-Vienne), y propose des promenades pédagogiques pour sensibiliser le public et les professionnels à ces enjeux.

Tout près d'Eymoutiers (Haute-Vienne), un sylviculteur se consacre à expliquer comment exploiter au mieux la forêt. La propriété privée de Xavier Blanc, 34 hectares d'arbres centenaires à Nedde, est devenue un lieu de formation de professionnels à des techniques respectueuses de la forêt et un lieu pédagogique pour le public. "Le but, c'est de sensibiliser les gens au milieu de la forêt et à la sylviculture, à nos besoins humains, et d'éveiller des débats sur ces sujets. Ce sont des enjeux importants pour notre société," considère ce propriétaire de cette forêt pédagogique, un lieu qui permet à la fois d''étudier, expérimenter, de sensibiliser et de gérer".

Faire connaître la forêt

Aujourd'hui, Xavier Blanc se promène avec un groupe. Comment ne pas être interpellé par le long travail d'un arbre blessé pour continuer à vivre ? Au détour d'un chemin, les visiteurs peuvent admirer un hêtre qui a continué à grandir malgré son tronc fendu en deux, il y a 15 ans.

"C'est impressionnant de savoir qu'un arbre aussi grand peut être aussi fragile. On ne se doute pas de ce qui se passe, comment il arrive à terme à se refermer et à se reconstruire, constate Maëlle, la plus jeune du groupe. Je n'ai jamais eu de cours dehors, comme ça, pour apprendre ce qu'il se passe dans la nature. C'est davantage dans des salles, et on ne voit pas ce qui peut vraiment se passer."

"Je comprends mieux la forêt depuis qu'on a eu des explications, on a beaucoup d'idées préconçues, constate un autre visiteur, pourtant habitué à cueillir des champignons en forêt. Je viens d'apprendre par exemple qu'on devait laisser le lierre grimper sur les arbres, alors que je pensais qu'il était nocif pour eux."

Entre abattre des arbres pour nos besoins en bois et les conserver pour stocker le carbone et filtrer l'eau, c'est tout un équilibre à trouver.

Il faut que derrière ces milieux très riches que sont les forêts, on puisse arriver à les préserver tout en retirant malgré tout une ressource, de façon raisonnable. Le but serait presque de conserver un capital permanent et de n'en retirer que l'accroissement naturel de la forêt.

Xavier Blanc

sylviculteur et propriétaire forestier

Cette forêt pédagogique est accessible aux groupes, sur rendez-vous. En Limousin, 95% des forêts appartiennent à des propriétaires.