Les réservoirs d’eau de Limoges vidangés pour inspection donnent à voir un édifice vieux de plus de 100 ans mais intacte

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sébastien Laporte avec Nassuf Djailani

Le réseau d'eau de Limoges fonctionne grâce à des ouvrages parfois anciens, dont deux réservoirs construits à la fin du XIXème siècle. Visite guidée avec les techniciens de l'agglomération dans l'un de ces édifices souterrains, à l'occasion d'une vidange exceptionnelle.

Pour accéder aux souterrains, il faut d’abord traverser une mer de fleurs, comme on entre dans un sous-marin. Comme chaque année, ce réservoir d’eau, l’un des plus anciens de Limoges vient d’être vidangé. L’occasion d’une inspection pour les services de l’agglomération.  

« Il est vide pour son entretien annuel. C'est à dire qu’on va faire un diagnostic, un lavage et puis une désinfection avant sa remise en eau. Ce qu’il faut savoir, c’est que ce réservoir fait 6000 m3. La ville de Limoges en compte deux autres, dont un est encore en service. L'autre tout le monde le connaît puisqu'il s'agit de l'aquarium de Limoges, raconte Laurent Barrat, responsable de l'exploitation des réseaux d'eau à Limoges Métropole.  

C’est la première fois qu’une caméra de télévision pénètre dans ces lieux édifiés il y a près de cent cinquante ans. Arches et voûtes habituellement immergées, sont intactes. Seuls les éléments métalliques portent les outrages du temps. Dans ces canalisations circulent une eau qui a d’abord été traitée par la station de la Bastide.

Ce que vous voyez ici explique le fontainier Pierre Courcelaud présent dans la visite « c'est la vanne de distribution qui sert à alimenter un réservoir qu'on a en aval, voilà, qui est le réservoir de la Mauvendière. Ce réservoir sert en gros à distribuer toute la partie du centre-ville, jusqu'à la rive droite de la Vienne » détaille le fontainier.

Le temps du nettoyage, l’eau est toujours distribuée grâce à une dérivation du réseau. En maintenant ce réservoir en activité, l’agglomération préserve un patrimoine méconnu et réalise surtout quelques économies.  

« C'est un budget annuel qui est de l'ordre de 3500 euros hors taxe, ne serait-ce que pour son entretien, ou encore sa désinfection », explique le responsable de l'exploitation des réseaux d'eau de Limoges Métropole.  

« Ce qui est quand même assez dérisoire et puis sur ces bassins on va dire historiques, nous n'avons pas d'énergie parce que l'eau arrive gravitairement, elle part gravitairement. Donc il n'y a pas de système de pompage, pas d'énergie évidemment, pas d'électricité » se satisfait le responsable de l'exploitation des réseaux d'eau à Limoges Métropole. Mais pour intervenir, les techniciens doivent se référer aux travaux de leurs prédécesseurs. Ils se repèrent encore à l’aide des plans conçus à la fin du XIXème siècle.  

Le doigt sur la carte, Laurent Barrat, incollable sur les dimensions de l’ouvrage poursuit sa présentation : « On voit bien les voûtes dessinées, les piliers, donc l'ouvrage en question qu'on a visité en 2017 possède 70 piliers. On était un peu indécis sur la hauteur d'eau et finalement, on a bien 5 mètres lorsque l'ouvrage est plein. »

A peine l’inspection terminée, les techniciens en charge du nettoyage prennent le relais. Il faudra ensuite, moins de 24 h pour remplir le réservoir. L’objectif étant de ne pas interrompre le service de distribution d'eau.