Ligne Paris-Orléans-Limoges-Toulouse : les travaux de modernisation sur la bonne voie ?

La modernisation de la ligne Paris-Orléans-Limoges-Toulouse chemine. Elle se traduit par un long travail de renouvellement des rails. Lundi 21 septembre, les équipes étaient engagées sur la partie entre Fromental et Limoges longue de 29 kilomètres. Fin du chantier prévue en 2026.

Sur 29 kilomètres, c'est entre Limoges et Fromental que les ouvriers travaillaient ce lundi 21 septembre pour moderniser le parcours ferroviaire de la ligne POLT.
Sur 29 kilomètres, c'est entre Limoges et Fromental que les ouvriers travaillaient ce lundi 21 septembre pour moderniser le parcours ferroviaire de la ligne POLT. © Philippe Mallet - France Télévisions
29 kilomètres. C'est la distance sur laquelle les travaux de la lignes POLT avancent en ce moment, entre Limoges et Fromental. Au total, 100 ouvriers travaillaient au renouvellement des voies ferrées ce lundi 21 septembre.

Un chantier considérable, une somme colossale pour un trajet un peu moins long

Les travaux entre Limoges et Fromental coûtent à eux seuls 47,3 millions d'euros. Ils ont commencé le 31 août 2020 et devraient s'achever le 6 novembre de la même année. Ce chantier 100% SNCF Réseau demande un travail de jour comme de nuit, 5 jours sur 7. Soulever les vieilles traverses en bois, en béton, dégager les ballastes hors d'usage et aidé par un train d'usine, changer chaque jour près de 500 mètres de voies ferrées.

Ce chantier est considérable, tout comme son prix, comme l'explique Luc Lallemand, président de SNCF Réseau, "globalement, sur presque 10 ans, c'est un investissement d'1,6 milliard d'euros." Un montant colossal pour un avantage les prochaines années : gagner du temps sur les routes de France : Limoges-Paris en moins de 3 heures, par exemple.
La ligne Paris-Orléans-Limoges-Toulouse en bonne voie ? ©France 3 Limousin

Autour, tout roule

Des rails en chantier n'empêchent pas les autres de fonctionner sur ce chantier. Ici, les trains peuvent exceptionnellement circuler à 100km/h, mentionne Stéphane Toschini, chef de projet, "On essaie de trouver le juste équilibre pour assurer et maintenir une circulation commerciale et assurer les travaux pour le renouvellement de la voie".

Des trains qui ne s'arrêtent donc pas pour autant et un projet contigu aux objectifs bien ancrés. Pour Pierre Venteau, député (LREM) de la deuxième circonscription de la Haute-Vienne, le train de demain ira "plus vite". En 2026, la ligne Paris-Limoges aura fait peau neuve avec une sécurité maximale pour les voyageurs et des trains plus réguliers entre Paris, Orléans, Limoges et Toulouse.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
travaux ferroviaires économie transports social