• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Limoges : après un cyclone, l’ONG Pompiers de l’urgence internationale vient en aide à Djibouti

Archives - l'ONG Pompiers de l'urgence internationale s'était rendue à Djibouti il y a deux ans / © F3 Limousin
Archives - l'ONG Pompiers de l'urgence internationale s'était rendue à Djibouti il y a deux ans / © F3 Limousin

Ce week-end, la Corne de l'Afrique a été touchée par un cyclone tropical ayant causé d'importantes inondations. Une vingtaine de personnes sont mortes, des milliers d'autres sont sans-abri. Basée à Limoges, l'ONG Pompiers de l'Urgence Internationale va venir en aide à Djibouti.

Par RD

Pompiers de l'Urgence Internationale, une ONG basée à Limoges, va acheminer à Djibouti, petit pays de la Corne de l’Afrique, une motopompe remorquable, 100 abris d’urgence et 5 000 kits d’hygiène. Tout ce matériel partira par avion depuis l’aéroport Charles de Gaulle, pour aider Djibouti à faire face à de graves inondations, après le passage ce week-end d’un cyclone.

Premier cyclone de l’hémisphère nord, la tempête tropicale SAGAR s'est formée à l'est du Golfe d'Aden, près des côtes du Yémen, détaille l’ONG sur sa page Facebook. "Elle a ensuite pris une trajectoire ouest, pénétrant dans le Golfe d'Aden, faisant de SAGAR le quatrième système tropical à pénétrer à l'intérieur depuis le début de la surveillance satellitaire des systèmes cycloniques 1966. SAGAR a conservé sa trajectoire ouest, l'amenant à Djibouti en tant que dépression tropicale ce dimanche. Samedi, il a déversé des pluies torrentielles sur les côtes somaliennes."



Selon le Bureau de coordination des Affaires humanitaires (Ocha), un département de l’ONU, au moins 18 personnes sont mortes dans des inondations et fortes rafales provoquées par le cyclone, qui a également fait plusieurs milliers de sans-abri en Somalie et à Djibouti. Dans la capitale Djibouti où au moins deux personnes sont mortes, plusieurs quartiers ont été inondés, touchant entre 20 000 et 30 000 personnes.





C’est l’IOM, l’organisation internationale pour les migrations, qui a contacté Pompiers de l’urgence internationale. "Ils nous ont appelés dimanche, nous ne savions même pas qu’il y avait eu ce cyclone car personne n’en avait parlé", raconte Philippe Besson, le fondateur de l’ONG.

Il a fallu se mobiliser très rapidement, et notamment trouver une compagnie pour transporter la motopompe. Celle-ci partira de Limoges ce jeudi matin, soit quatre jours à peine après l’appel à l’aide. "Le jour férié nous a fait perdre du temps, nous partons parfois dans les 36 heures." Pour l’instant, seul du matériel est acheminé. L’envoi d’hommes est envisageable pour la suite.



En 2016, l'une de nos équipes avait suivi quatre membres de Pompiers de l'Urgence Internationale en mission à Djibouti : un long format à retrouver ici.
 




Sur le même sujet

Grogne des avocats

Les + Lus