Limoges - Comment se prépare le sport en salle à la réouverture ?

Exemple avec le billard et le bowling.

Illustration billard carambole
Illustration billard carambole © MAX PPP Dominique André

La ligue de billard de Nouvelle Aquitaine, comme toutes les ligues de France, a énormément souffert de la crise sanitaire.

Rappelons que plusieurs disciplines sont regroupées au sein de la fédération française, et donc de la ligue : billard carambole (ou billard français), blackball, billard américain et snooker, que l'on peut pratiquer dans 61 clubs en Nouvelle Aquitaine.

Dans notre région, le nombre de licenciés a baissé de 17,8%, passant de 1682 en 2020 à 1382 cette année.

Depuis les annonces présentées par Emmanuel Macron sur les différentes étapes du plan de déconfinement, il régnait un certain flou concernant la date de réouverture des clubs, 19 mai ou 9 juin.

Selon Michel Kuntzmann, le président de la ligue de billard de Nouvelle Aquitaine, qui vient de s'entretenir avec le ministère des sports, les salles de billards pourront rouvrir le 9 juin pour tous les adhrents, et dès le 19 mai pour les mineurs, notamment dans le cadre des écoles de billard, avec des encadrants et des moniteurs.

Reste à savoir dans quelles conditions les clubs pourront rouvrir. Un protocole sanitaire est actuellement à l'étude dans les services du ministère, et devrait être dévoilé vers la mi-mai.

Il y aura probablement des jauges maximales à ne pas dépasser dans les salles. Les mesures barrières resteront certainement de mise, à savoir, port du masque obligatoire, nettoyage du matériel après chaque partie.

Le calendrier sportif

Après 6 mois de fermeture des clubs et d'arrêt des compétitions, la saison 2020/2021 est terminée. Pour la deuxième année consécutive, il n'y aura pas de finales de ligue, ni de finales nationales, toute divisions et mode de jeu confondus

Les autres compétitions, hors calendrier fédéral comme les tournois open, ne seront sans doute pas organisés avant l'été, car ils mobilisent trop de compétiteurs dans les salles, réduisant les possibilité de faire respecter les gestes barrières.

Pour relancer l'activité à partir de 9 juin, la ligue de Nouvelle Aquitaine va inciter les clubs à organiser des compétitions amicales, dans un cadre strictement de loisir et de découverte du sport billard.

Par ailleurs, pour tenter de séduire le grand public et regonfler ses effectifs, la fédération, relayée par les ligues, a signé un partenariat avec une grande enseigne d'article de sport pour organiser des démonstrations dans des lieux publics, sur des billards facilement transportables.

© Pixa Bay

Dans quel état sont les clubs ?

On l'a vu, le  nombre de licenciés a sensiblement baissé cette année en raison de la crise du Covid. Ce sont donc des recettes en moins qui entrent dans les caisses des clubs de billards.

Mais dans le même temps, les dépenses, telles que l'électricité ou les frais de déplacement pour les compétiteurs, ont été largement réduits. Par conséquent, les clubs, dont l'immense majorité est sous statut associatif et bénéficie de subventions communales, ne se trouvent pas dans une situation de péril financier.

Pour les clubs qui doivent payer des loyers, la fédération s'est engagée à fournir une aide financière.

La ligue de Nouvelle Aquitaine n'envisage pas de rembourser tout ou partie de la licence, estimant, selon son président " que dans les moments difficiles, ils faut être solidaire avec les clubs, les ligues et la fédération"

 De toute façon, si la fédération devait rembourser les licences, "elle déposerait le bilan" selon Michel Kuntzmann.

En revanche, la ligue de billard de Nouvelle Aquitaine s'est engagée à proposer des formations gratuites pendant 2 ans aux licenciés qui le souhaitent, à raison de 3 personnes par club et par an.

 

Le bowling

Ce sport loisir a lui aussi souffert de la crise sanitaire. Les 44 clubs de bowling et les 28 clubs de quilles traditionnelles de la Nouvelle Aquitaine ont perdu 15% de leur effectifs cette saison et prévoient une nouvelle chute de 20% pour la saison prochaine.

La ligue compte environ 1600 licenciés pour le bowling, et 500 pour les sports traditionnels, tels que la quille au maillet, la quille de 6 ou la quille de 9, qui se pratiquent essentiellement dans le Gers, les Landes et les Pyrénées Atlantiques.

 

© Pixa Bay

La fédération française de bowling espère reprendre son activité le 9 juin, mais le bowling se pratique dans des structures privées et commerciales, qui accueillent ( ou pas ) les clubs.

Ces établissements sont soumis à des règles strictes édictées par les préfectures. Leur réouverture pourrait dépendre de l'évolution des chiffres de la pandémie département par département.

 Par ailleurs, les propriétaires ou gérants de ces structures peuvent choisir de rester fermer, surtout s'ils bénéficient des aides de l'Etat, notamment pendant les mois de juillet et août, là où ils réalisent leur moins bon chiffre d'affaires, privant ainsi les clubs de sessions d'entraînement et de compétitions.

Si les salles de bowling rouvrent le 9 juin, le protocole sanitaire, là aussi, n'a pas encore été dévoilé.

Selon Jean Marc Deschamps, président de la ligue de Nouvelle Aquitaine, si le protocole impose de fermer une piste sur 2, l'organisation de compétitions sera pratiquement impossible car pas suffisamment rentable au vue du nombre restreint de participants.

 

Une saison blanche

En ce qui concerne les compétitions fédérales, quelques soient les catégories, elles ont toutes été stoppées à l'automne dernier avec la fermeture des salles de bowling. La saison sportive est donc annulée, même si certaines ligues vont tenter d'organiser des finales nationales, ce qui ne sera pas le cas en Nouvelle Aquitaine.

Les clubs résistent malgré tout

Comme pour le billard, la situation financière des clubs associatifs de bowling n'est pas catastrophique. Les adhérents ayant repris leur licence l'été dernier, les caisses ne sont pas vides, et les dépenses ont été quasiment inexistantes pendant cette saison blanche.

Pour autant, la fédération n'envisage pas de rembourser les licences, elle n'en a pas les moyens, sous peine de se retrouver en faillite.

En revanche, les clubs peuvent envisager des dédommagement ou des coups de pouce, en baissant par exemple les cotisations pour la saison prochaine.

 

Recruter de nouveaux adhérents

Face à l'érosion du nombre de ses adhérents, la ligue de bowling de Nouvelle Aquitaine  va lancer l'opération " Bowling Campus ". Des kits de bowling ( piste en linoléum,  boules et  quilles plus légères) seront déployés dans le milieu scolaire et dans le domaine du sport santé. L'objectif est de séduire de nouveaux adhérents, pour gonfler les effectifs d'un sport loisir qui en a bien besoin, tout comme le billard d'ailleurs.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sport covid-19 santé société