• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Limoges CSP : tout ça pour ça

© André Abalo - France 3 Limousin
© André Abalo - France 3 Limousin

Ce 17 avril 2019, en déboutant la demande d'ajournement de l'assemblée générale de l'association CSP Élite, formulée en référé par Youri Verieras, Jean-Léonard Picot et Antonio Lopez, le TGI de Limoges ouvre grand la porte à la prise de contrôle du club par Céline Forte. Mais cela a tourné court.
 

Par Jean-Martial Jonquard

Mieux que Dallas, Châteauvallon, La Samaritaine ou même Games of Thrones ! C'était, ce 17 avril 2019, un épisode très attendu pour l'avenir du Limoges CSP.
 

Acte 1 : la justice tranche

La décision du TGI de Limoges de ce mercredi 17 avril 2019 change tout, et annihile (presque) tout suspens, tout « cliffhanger » dans le long feuilleton qu'est la vie extra-sportive au Limoges CSP .
Le tribunal de grande de Limoges  s'est prononcée contre l'ajournement de l'assemblée générale du Limoges CSP Elite, l’association qui détient 85 % de la SASP (société anonyme sportive professionnelle). La demande avait été formulée en référé par Youri Verieras, Jean-Léonard Picot et Antonio Lopez. Youri Verieras contestait le fait de n'avoir pas été convoqué à cette AG.  
 

Acte 2 : l'heure de vérité ?

L'assemblée générale de l'association Elite est convoquée dans l'après-midi par l'administrateur judiciaire désigné en février. Dans le bureau de maître Gladel, ils se sont retrouvés à cinq, sans Youri Verieras, et Céline Forte et ses proches son donc en position majoritaire. La veuve de l'ancien président Frédéric Forte aurait dû avoir toute latitude pour prendre le pouvoir au sein du club.

Céline Forte souhaite mettre en place une nouvelle gouvernance et faire sortir la direction actuelle de l'organigramme. Elle n'a pas rendu public son projet, mais il est devenu de plus en plus, au fil des jours, un secret de Polichinelle. Selon des sources généralement très bien informées (Beaublanc.com et Le Populaire en la personne de Mathieu Marot), l'actuel directeur sportif Olivier Bourgain pourrait être remplacé par une vieille connaissance du club, Frédéric Sarre, actuel GM de Bourg-en-Bresse. Autre fuite, Claude Bolotny devrait revenir aux commandes du centre de formation, actuellement dans la tourmente. D'autant plus crédible quand on suit « l'Apache » sur ses réseaux sociaux...

Acte 3 : finalement... rien

Mais l'assemblée générale n'a pas tenu ses promesse. Le changement à la tête du club, ce n'est par pour maintenant. La réunion de plus de deux heures a accouché d'une souris.
Statu quo. L'association n'a pas pu procéder à l'élection de son président. L'AG s'est tenue porte fermée. Difficile d'en savoir plus sur ce qui a "bloqué". 
 

A suivre...

Donc, rien n'est encore fait, rien n'est encore sûr, et il reste pas mal d'interrogations... Les jours, les semaines à venir ne manqueront pas d'apporter leurs lots de rebondissements, de surprises, de revirements...  



 

Sur le même sujet

Le nouveau revers du village des marques à Coutras

Les + Lus