Limoges : l'heure du bilan au marché de Noël du Jardin d'Orsay

Publié le
Écrit par Lauryane ARZEL

Clap de fin pour le marché des producteurs et artisans du Jardin d'Orsay à Limoges. L'heure de dresser un bilan des deux semaines écoulées pour la centaine de commerçants-exposants.

Après une délocalisation sur la place de la République en 2020, le marché de producteurs et artisans était de retour cette année au Jardin d'Orsay. L'événement a attiré en moyenne 3000 visiteurs par jour en semaine et 5000 visiteurs quotidiens le week-end.

Certains exposants constatent une baisse de la fréquentation par rapport à 2020. Alexeï Delouis, de l'Atelier de la Châtaigne, pointe les conséquences des règles sanitaires : "le fait qu'on soit sous un chapiteau, ça nous oblige à avoir le passe sanitaire. Peut-être que ça a freiné certaines personnes.D'autres affirment être déçus, comme Laure Laforge, productrice de céramiques artisanales : "il n'y a pas eu beaucoup de monde, pas comme les autres années, on n'a pas eu de week-ends bien remplis. J'ai un résultat qui est meilleur qu'en 2019, mais c'est un sentiment loin d'être général."

Certains commerçants constatent également une baisse du panier d'achat moyen. Conséquence pour Patricia Mingotaud, qui produit sève de bouleau, huiles et cosmétiques : une baisse de 20% de son chiffre d'affaires.

Cette année, je n'ai jamais emballé autant de bouteilles d'huile à l'unité, pour faire un seul cadeau. On n'est plus dans les coffrets, dans des prix de 20 à 50 euros, comme ça se faisait auparavant.

Patricia Mingotaud, Productrice de produits naturels

Des organisateurs plutôt optimistes

Au Jardin d'Orsay, les produits de bouche restent un incontournable, notamment le foie gras et les escargots. La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne veut tirer un bilan positif des deux semaines de marché.

On a une petite baisse, mais l'an dernier, on a eu l'effet confinement qui jouait encore sur les produits locaux. On était monté très très haut et aujourd'hui, on constate malheureusement un essoufflement. Celui-ci dépend des producteurs. Il y a encore un attrait pour le consommer local ici.

Bertrand Venteau, président de la Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne

Du côté de la Chambre des métiers et de l'artisanat, on met en avant d'autres critères de réussite.

Notre mesure de la satisfaction, en dehors de la fréquentation et du chiffre d'affaires moyen, c'est le souhait des artisans et des producteurs. Même avec une année qui serait moins bonne, ils souhaitent néanmoins refaire l'édition de l'année prochaine.

Jean Exner, directeur territorial à la Chambre des métiers et de l'artisanat de la Haute-Vienne

Reste à savoir pour ces artisans s'il ne vaudrait pas mieux se positionner sur un autre emplacement l'année prochaine. Peut-être retourner place de la République, un endroit en plein air, non soumis au passe sanitaire mais aussi moins excentré.