Limoges parmi les 16 villes retenues pour ouvrir un centre de suivi des auteurs de violences conjugales

Parmi les 16 villes retenues pour accueillir un centre de suivi des auteurs de violences conjugales (CPCA) : Limoges, point référent de Nouvelle-Aquitaine. Dans le cadre du Grenelle des violences conjugales lancé en septembre 2019, cette annonce vise à prévenir les passages à l'acte et récidives.

© André Abalo - France 3 Limousin
Prochainement, Limoges accueillera un des seizes centres de suivi pour les auteurs de violences conjugales.

Le 27 octobre 2020, la ministre déléguée à l’Egalité femmes/hommes, Elisabeth Moreno a annoncé la création de seize centres à cet effet, d’ici la fin de l’année.

Cette officialisation fait suite au Grenelle des violences conjugales lancé en septembre 2019. L'ouverture du centre a pour but de prévenir "les passages à l'acte et la récidive".

Limoges : centre de référence en Nouvelle-Aquitaine

L'ARSL (Association de Réinsertion Sociale du Limousin) accompagne acteurs et victimes de violences conjugales depuis 1994 dans le cadre du service "Mots pour maux". Par sa volonté de travailler avec plusieurs départements en Nouvelle-Aquitaine (Corrèze, Creuse, Haute-Vienne, Charente, Vienne et Deux-Sèvres), l'association limougeaude a tiré son épingle du jeu. Elle fait partie des 16 villes françaises à piloter les actions régionales autour des violences conjugales, "Nous avons de l'expérience dans le domaine, cela nous a permis de présenter un projet concret dans les axes de mise en oeuvre. C'est ce qui a plu" souligne Claire Robert-Haury, présidente de l'ARSL.
 
Encouragée et aidée par de nombreuses collectifs à l'échelle régionale, l'association est également soutenue par l'Etat et des acteurs locaux de la Ville de Limoges et de l'Agglo, "nous avons maintenant un cadre d’intervention bien légitimé par l’Etat, un cahier des charges très précis suite au Grenelle des violences conjugales. On ne travaillera plus avec nos spécificités locales, mais nous allons avoir une action coordonnée et harmonisée. Tout cela légitimise notre action."

Le déploiement total du projet est attendu pour 2021.

Les auteurs de violences conjugales pris en charge

Quelques chiffres pour l'année 2019 :
 À l'ARSL, les auteurs de violences conjugales sont suivis au sein de groupe de paroles (dans les locaux de l'association ou dans les centre de détentions) et pris en charge individuellement. Ces rendez-vous sont fixés sur décision pénale. Ils peuvent également être mis en place sur la base du volontariat, "l'objectif de ce travail est de prendre en compte la violence conjugale de manière globale : ce n'est pas une violence classique, les sentiments y sont mêlés, les enfants y sont mêlés, c'est toute une vie construite autour du domicile conjugal qui est touchée." mentionne Claire Robert-Haury, "le fait de désamorcer cette violence à la racine permet un traitement efficace."

Au moins 60 féminicides ont été comptabilisés depuis le début de l'année 2020.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
violence conjugale société femmes