Lire à Limoges : les auteurs prêts pour la nouvelle formule

Le salon doit avoir lieu du 3 au 9 mai 2021 dans un format inédit, pour s’adapter à la crise sanitaire. 50 auteurs participeront à des séances de dédicaces, et des rencontres seront enregistrées. Deux auteurs invités, Franck Bouysse et Bertrand Puard, partagent leur ressenti. 

Franck Bouysse et Bertrand Puard sont invités à l'édition 2021 de Lire à Limoges.
Franck Bouysse et Bertrand Puard sont invités à l'édition 2021 de Lire à Limoges. © France 3 / Melania Avanzato

Crise sanitaire oblige, on ne verra pas encore cette année de chapiteau plein à craquer sur le Champ de Juillet. Mais le salon du livre de Limoges doit tout de même avoir lieu dans un format adapté, du lundi 3 au dimanche 9 mai.

Dédicaces et rencontres virtuelles

Les organisateurs annoncent qu’"une cinquantaine d’auteurs issus de maisons d’édition nationales" rencontreront leur public lors de séances de dédicaces, sur inscription, dans les librairies partenaires de la ville ; "un protocole sanitaire strict sera mis en place." 

Autres temps forts, 25 "rencontres" seront enregistrées et diffusées tout au long du mois de mai "pour maintenir une interaction avec les lecteurs." 

Les interventions en milieu scolaire des auteurs de littérature pour la jeunesse sont maintenues. 

Les 5 et 6 juin, un salon des éditeurs régionaux aura lieu place de la République ; 80 auteurs y seront réunis.

"Les lecteurs ne sont pas virtuels, c’est la rencontre qui l’est"

Franck Bouysse a publié à l’automne dernier Buveur de vent, chez Albin Michel. Un roman notamment sélectionné pour le prix du livre Inter.

L’écrivain limousin est ravi de participer à l’évènement : "C’est le premier salon que j’ai fait, avant Brive. C’est une belle histoire, quand on revoit les lecteurs qui nous ont lu il y a 10 ans."

Il participera à une séance de dédicaces sur rendez-vous, mais aussi à une conférence filmée et diffusée sur internet. Un exercice inhabituel, mais important : "Les lecteurs ne sont pas virtuels, c’est la rencontre qui l’est. Et je vais tout de même voir des lecteurs et des libraires pour des signatures." 

Une étape qui compte dans la vie d’un auteur : "Ce qui manque en ce moment, c’est le ressenti des gens. Ils analysent, ils expliquent, ils apportent des choses. On écoute, et on essaye d’amener l’élément qui manquait. C’est vraiment un échange très riche. Ca me manque, c’est vrai."

"Je reçois des nouvelles écrites par les élèves"

Bertrand Puard est invité comme écrivain jeunesse. L'auteur des séries L'Archipel et Les Effacés présente Kaymio, chez Gulf Stream, un thriller fantastique.

En plus d'une séance de dédicaces sur rendez-vous, il se rendra dans plusieurs écoles et collèges pour rencontrer des élèves. Un exercice pas si courant ces derniers mois : "D’habitude, en avril, mai et juin, j’ai des demandes au moins toutes les semaines. Cette année, j’en ai 3."

Cet exercice est pourtant essentiel pour l’auteur : "C’est un vrai bol d’air et ça me permet d’avoir un ressenti sur les livres. Dans une classe, si le livre a été étudié, il y a un retour très qualitatif.  J’ai même vu des maquettes en playmobil autour de mes livres, et un jour on m’a offert un t-shirt avec les personnages…"

C’est aussi une occasion de parler de la société avec les élèves : "Mes livres sont engagés, ils parlent des réseaux sociaux, de l’évasion fiscale… Ces rencontres permettent de faire naître des discussions sérieuses."

Et pour les élèves, la venue d’un auteur en classe peut donner des idées : "Des fois, après une rencontre, je reçois des nouvelles écrites par les élèves que j’ai rencontrés."

Le programme complet et le mode d’emploi pour s’inscrire aux séances de dédicaces est disponible sur le site de Lire à Limoges.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
littérature culture livres