Une manifestation à Limoges pour préparer l’après Covid à l’hôpital

70 personnes ont manifesté devant le CHU de Limoges / © André Abalo
70 personnes ont manifesté devant le CHU de Limoges / © André Abalo

Des usagers ont manifesté ce samedi après-midi devant le CHU de Limoges pour soutenir l’hôpital public, avant l’ouverture du « Ségur de la santé » ce lundi 25 mai.
 

Par François Clapeau

70 personnes aux profils hétéroclites se sont rassemblées ce samedi 23 mai devant le CHU de Limoges.
Ces manifestants se présentaient pour la plupart comme un collectif d’usagers, dénonçant globalement la politique du gouvernement.

Selon Frédérique, manifestante au gilet jaune, 

Ils en ont fait du commerce, de notre hôpital. On est devenus des clients, on est devenus des numéros.

 

"Ségur de la santé"


Dans ce mouvement, pas de syndicat et peu de soignants. Mais il intervient avant un évènement qui fera beaucoup parler la semaine prochaine : l'ouverture du "Ségur de la santé", du nom de l’avenue où se trouve le ministère à Paris.

Il s’agit d’une grande concertation nationale, dans l’esprit des accords de Grenelle, où les acteurs de la santé se réuniront, à distance, pour parler de l’avenir.

Le gouvernement veut ainsi ouvrir plusieurs chantiers pour améliorer la prise en charge des malades et les conditions de travail des soignants.

 

Beaucoup d'attentes


Cette concertation est très attendue par le Dr Sylvain Palat, porte-parole du collectif inter-hôpitaux à Limoges.
Il n'était pas à la manifestation, et prépare avec son mouvement le rendez-vous de lundi.
Bien avant la crise du coronavirus, il dénonçait le manque de moyens et les problèmes d’organisation de l’hôpital public. 

Nous sommes optimistes en méfiants à la fois. On sait très bien ce qu’on veut, et on connait les moyens nécessaires pour que ça avance. 


Pour lui, l’épidémie de Covid marque un tournant, après des mois de manifestations :

Nous avons acquis une grande légitimité. Le Covid a démontré que nous avions raison.


Pour autant, Sylvain Palat ne s’attend pas à un effet immédiat :

Lundi, c’est une première prise de contact, une première approche. Je pense que nous n’aurons pas de décisions qui vont tout chambouler lundi soir.


Le gouvernement a en effet établi un calendrier de plusieurs semaines : "Début juin, une consultation dans les territoires sera également lancée pour tirer pleinement et collectivement les leçons de la crise (…). Les conclusions de l’ensemble des concertations menées dans le cadre du « Ségur de la santé » seront rendues d’ici mi-juillet."
 

Sur le même sujet

Les + Lus