La nomination de J-B Djebbari peut-elle aider au désenclavement de Limoges ?

Forcément, la nomination au poste de secrétaire d’État aux transports de Jean-Baptiste Djebbari pose une question : va-t-il œuvrer, comme il s’y était engagé en tant que député, au désenclavement de Limoges ? Certains pensent que oui, d’autres attendent de voir…
 
Jean-Baptiste Djebbari sortant de son premier Conseil des Ministres à l'Élysée. Sa nomination va-t-elle aider au désenclavement de Limoges ?
Jean-Baptiste Djebbari sortant de son premier Conseil des Ministres à l'Élysée. Sa nomination va-t-elle aider au désenclavement de Limoges ? © France 3 Limousin
Au lendemain de la nomination de Jean-Baptiste Djebbari au poste de secrétaire d'État aux transports, les réactions continuent d’être nombreuses, tant chez les acteurs politiques que chez les institutionnels.

Mais après le temps des félicitations vient celui des questions, notamment concernant le désenclavement de Limoges.

Beaucoup se souviennent en effet qu’alors entré au Palais Bourbon, le nouveau député de la Haute-Vienne s’était engagé à défendre bec et ongles ce désenclavement.
Mais beaucoup se souviennent aussi que cela avait été le cas du corrézien François Hollande, sur le désenclavement plus général du Limousin. Et de l’abandon de la LGV Limoges-Poitiers à l’enlisement du futur de la RN 147, certains sont aujourd’hui comme chat échaudé craignant l’eau froide…

Sur la RN 147 justement, Jean-Baptiste Djebbari s’était déclaré en faveur d’une autoroute concédée, alors que l’État et les collectivités penchaient pour une deux fois deux voies.
Quand le Conseil Départemental de Haute-Vienne, par la voix de son président, Jean-Claude Leblois, exprime des doutes sur le futur de cette route, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Limoges veut au contraire croire au pouvoir de décision du nouveau secrétaire d’État, du moins, son pouvoir de co-décision.

Le président de Limoges Métropole, Jean-Paul Duret, se dit lui confiant sur le sujet du POLT.
Tout comme Alain Rousset, le président de la région Nouvelle Aquitaine, qui voit en Jean-Baptiste Djebbari un bon allié sur le sujet de l’aéroport de Limoges-Bellegarde.

Mais le désenclavement de Limoges est loin, très loin d’être le seul dossier attendant le nouveau nommé. D’autres, comme celui de la grogne des transporteurs, sont autrement plus urgents, ou symboliques, au niveau national. Et faire du Limousin une priorité pourrait apparaître comme clientéliste…

Au fait, Édouard Philippe, le premier ministre, a annoncé ce mercredi 04 septembre que les ministres (ou secrétaires d’État) tentés par les élections municipales pourront s’engager sans avoir à démissionner du gouvernement. Ils n’y seront tenus qu’en cas de succès et s’ils choisissent bien sûr de privilégier leur fonction d’édile.
 
La nomination de J-B Djebbari peut-elle aider au désenclavement de Limoges ?
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports économie politique région nouvelle-aquitaine fusion des régions réforme territoriale