"On est loin du stéréotype troisième âge" : le loto séduit les jeunes citadins

durée de la vidéo : 00h01mn57s
Le loto mensuel du Hangar 115 à Limoges affiche complet en quarante-huit heures. ©Antoine Jégat / André Abalo - France Télévisions

Jeu populaire dont l'origine remonte à l'Antiquité en Chine, le loto a su perdurer dans le temps. Il séduit désormais un nouveau public, jeune et urbain. Le Hangar 115 à Limoges organise son loto tous les mois, et l'événement affiche toujours complet.

Peintures aux tons pastel, lumières tamisées, tapis orientaux au sol... Nous sommes à des années-lumière de la traditionnelle salle des fêtes de village. Pourtant, c'est bien ici, au Hangar 115, lieu branché et décontracté de la rue François-Perrin à Limoges, que s'y déroule le seul loto mensuel de la capitale limousine. "C'est sympa et convivial, il y règne une bonne ambiance et le concept est plutôt cool : on fait du shopping pendant l'entracte", s'enthousiasme cette jeune participante, venue avec une amie. Car avant d'être une salle de jeu, Le Hangar 115 est avant tout une boutique. Un concept store ouvert fin 2022 qui vend vêtements, bijoux, décoration... tout en proposant un service de restauration.

L'idée d'y organiser un loto est venue il y a six mois. "J'adore les lotos, de façon très personnelle" , explique Coralie Guyonnaud, la gérante. "Quand j'ai ouvert, je me suis tout de suite dit que j'adorerais en organiser dans ce lieu. Ça a fonctionné, donc c'est super".

Complet en quarante-huit heures

Pour y participer, mieux vaut réserver à l'avance. L'événement affiche toujours complet, quarante-huit heures après sa parution sur les réseaux sociaux. Ce mercredi soir là, cinquante-cinq personnes ont fait le déplacement, en majorité des jeunes femmes, souvent venues entre copines. "On est loin du stéréotype troisième âge", ose une jeune maman accompagnée par son fils.

Au micro, dans le rôle de l'animateur, Sélim Ennjimi, figure bien connue des bars limougeauds, puisqu'il anime également dans d'autres endroits 'blind tests' et quiz de culture générale. "Quand les gens viennent dans un bar en ville, ils recherchent une expérience supplémentaire, pas juste boire un verre. Le loto, c'était un pari, on ne savait pas du tout si ça allait fonctionner. On a vu tout de suite que ça se remplissait. Et surtout, c'est devenu un rendez-vous, donc ça, c'est vraiment chouette."

Comment expliquer le succès de ce jeu, traditionnellement associé à la campagne, auprès d'un public jeune et citadin ? Pour Sélim Ennjimi, "c'est populaire et il n'y pas besoin de grand-chose. Les règles sont faciles à comprendre, c'est un jeu de hasard, donc tout le monde s'y retrouve." 

Remporter le gros lot

Ici pas de jambon ni d'électroménager à gagner, mais des bijoux, un massage japonais, ou encore des bougies parfumées. Des lots à l'image du public visé, d'une valeur de 20 à 150 euros, offerts pas des indépendants. "On fait participer des commerçants du centre-ville, parce qu'il faut s'entraider entre petits commerçants",  souligne Coralie Guyonnaud. 

En période d'inflation, le loto a le vent en poupe.  Le plus grand d'entre eux a rassemblé plus de trois mille personnes à Pontivy, en Bretagne, en mars dernier. L'espoir de remporter le gros lot semble toujours déplacer les foules.