Portes ouvertes à la SPA de Couzeix marquées par l'inflation et l'afflux de pensionnaires

durée de la vidéo : 00h01mn26s
Trois fois par an, la SPA de Couzeix ouvre ses portes au public, le temps d'un weekend, pour accélérer les adoptions des quelque 150 pensionnaires du refuge. L'occasion aussi de "refaire" la trésorerie de l'association. ©France Télévisions

Trois fois par an, la SPA de Couzeix ouvre ses portes au public, le temps d'un weekend, pour accélérer les adoptions des quelque 150 pensionnaires du refuge. L'occasion aussi de "refaire" la trésorerie de l'association.

Une première caresse pour Santa et, même au travers de la grille, sa potentielle nouvelle propriétaire se projette déjà.

Audrey Bodeau a fait le déplacement depuis la souterraine exprès.

"Ça se passe dans les yeux, c'est eux aussi qui nous choisissent. Aujourd'hui, il y a beaucoup de monde, on ne peut pas encore les sortir donc je reviendrai la semaine prochaine."

Le maître mot de cette journée : susciter des adoptions. En moyenne, après ces portes ouvertes, une vingtaine d'animaux attendrissent une nouvelle famille. Peut-être même celle de Laurent Spennato. Avec sa compagne et leurs quatre enfants, ils déambulent dans les allées à la recherche d'un nouveau membre.

"On profite de la journée en famille pour venir découvrir les différentes races et leur apporter un petit peu de contact."

"Je suis un peu triste qu'ils ne trouvent pas de maître. Ils sont quand même mignons. Ils veulent juste de la tendresse", confie Eloïse.

Et de la tendresse, il va en falloir : l'été 2023 a encore marqué un triste record : plus de 16 000 animaux de compagnie ont été abandonnés cet été en France selon la SPA

Les refuges doivent renflouer leurs caisses pour faire face à l'afflux de nouveaux pensionnaires et aux charges fixes qui augmentent. Des stands de vente ont été installés. Colliers, laisses et tous types d'accessoires doivent permettre de récolter un peu d'argent.

"Avec l'augmentation de l'électricité, du chauffage, les portes ouvertes nous permettent de rentrer de l'argent qui sert pour les animaux, notamment pour l'achat de croquettes", explique Patrick Vignier, vice-président du refuge

Polka est la plus ancienne pensionnaire du refuge. Elle attend depuis près de quatre ans de se faire adopter. Peut-être lors de prochaines portes ouvertes, les 2 et 3 décembre prochains ?

L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité