• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Quand le Milan AC organise un stage de football à Limoges

Les organisateurs mettent d'abord en avant la passion pour le foot / © Max PPP
Les organisateurs mettent d'abord en avant la passion pour le foot / © Max PPP

Une soixantaine de jeunes footballeurs du Limoges FC participe ce weekend à un stage avec le Milan AC au stade St Lazare. Un partenariat qui étonne et inquiète le président de la ligue de Nouvelle Aquitaine.
 

Par Franck Petit

Le weekend de Pâques sera bien rempli pour 60 jeunes footballeurs filles et garçons âgés entre 7 et 17 ans, licenciés au Limoges FC. Ils vont pouvoir vivre leur passion à fond à travers 6 entraînements menés par le Milan AC.

Ils vont découvrir un football italien basé sur « la réflexion et l’intelligence de jeu », dans lequel l’ "analyse de la situation et la prise rapide de décision sont de mise. »

Si à l’issue du stage, un jeune footballeur talentueux est repéré, il lui sera discrètement proposé de passer des tests en Italie pour éventuellement intégrer le centre de formation du club.
 

Partenariat

Un accord de partenariat a été conclu entre le Limoges FC et le Milan AC, qui est une multinationale du foot présente dans une cinquantaine de pays.

Tout s’est fait rapidement et simplement grâce à Benoît Ragazzini, le président par interim du LFC, dont le fils a suivi un stage en Italie.
 

Les talents s’expatrient

L’an passé, un stage de détection a été organisé à Poitiers avec la Juventus de Turin. Il y a quelques jours, le Real Madrid était en Corrèze, à Saint-Pantaléon-de-Larche.
 

Saïd Enjimi, le président de la ligue de football de Nouvelle Aquitaine s’interroge :

Pourquoi ces stages ne sont-ils pas organisés par les Girondins de Bordeaux ou les Chamois Niortais ?


A cette question, Benoît Ragazzini, le président par interim du LFC, répond très simplement : il a essayé d’approcher les girondins à plusieurs reprises sans aucun résultat. Il semble que les stages de détection dans les petits clubs régionaux ne soient pas la priorité du seul club de L1 Néo-Aquitain.

Saïd Enjimi conclu en remarquant que les espagnols nouent aussi des contacts très étroits avec des clubs du sud de la région. Les joueurs les plus talentueux risquent ainsi de partir à l’étranger. Dommage pour le football français …
 

Sur le même sujet

Le S'Coolbus testé, avec enthousiasme à Tocane St Apre

Les + Lus