Réduction des déchets, Limoges Métropole met les bouchées doubles

Dans le cadre de la semaine européenne de la réduction des déchets, Limoges Métropole débute sa nouvelle expérimentation pour tenter de réduire ses déchets. 
 
Le volume des déchets recyclables augmente et les déchets ménagers diminuent.
Le volume des déchets recyclables augmente et les déchets ménagers diminuent. © Margaux Blanloeil
Inverser la fréquence des collectes entre les déchets ménagers et recyclables. Une méthode incitative pour trier et réduire ce qui va à la poubelle. 

Cette expérimentation débute ce lundi 23 novembre 2020 dans trois quartiers de l’agglomération : Landouge, Bellegarde et Puy Réjaud. 

Ce qui signifie que pendant 6 mois, les ordures ménagères seront collectées deux fois moins qu’aujourd’hui soit une semaine sur deux. 

Les déchets recyclables eux, seront collectés deux fois plus, c'est-à-dire chaque semaine. 


Changer d’habitude pour « mieux » jeter


Depuis le 1er juillet 2020 et l’ouverture du nouveau centre de tri de Beaune-les-Mines, tous les emballages plastiques alimentaires peuvent être jetés dans la poubelle jaune/bleue. 

Depuis, dans certains quartiers de la ville comme dans ces quartiers pavillonnaires choisis pour l’expérimentation, le volume des déchets recyclables augmente et les déchets ménagers diminuent. 

Partant de ce constat, le service de la propreté a décidé d’inverser la fréquence de collecte. 
 

Vers une transition énergétique


Cette expérimentation vise à inciter les habitants à trier et à composter davantage. Elle s’inscrit dans la loi de 2015 sur la transition énergétique qui impose une diminution de 15% de production des déchets tout confondus (bac vert, jaune, déchetterie) d’ici 2030.

La loi prévoit de « lutter contre les gaspillages et de promouvoir l’économie circulaire, en particulier en visant le découplage progressif entre la croissance économique et la consommation de matières premières, en développant le tri à la source (notamment des déchets alimentaires et des déchets des entreprises) et les filières de recyclage et de valorisation (par exemple dans le secteur du bâtiment) ». 



Mais Mathieu Jarry, directeur de la propreté à Limoges Métropole explique :

Entre 2010 et 2020, on n’a pas diminué les déchets, on les a légèrement augmenté. Il y a une légère diminution des déchets à l’incinérateur (224 kilos par hab en 2019 contre 270 kilos par hab en 2017), par contre il y a une augmentation en déchetterie. 



La raison principale : le volume des déchets verts en augmentation. Avant ils étaient brûlés mais cette pratique aujourd’hui interdite conduit les habitants à les amener à la déchetterie plutôt que de les laisser se décomposer dans leurs jardins. 

Face à constat, Limoges Métropole redouble d’efforts pour réduire les déchets même si Mathieu Jarry ne cache pas que "l’objectif de 2030 est inatteignable".


De multiples actions incitatives


Afin de réduire le volume des déchets, les moyens sont nombreux. 

À Limoges, 250 composteurs campent au pied de certains immeubles privés destinés à leurs habitants. 

7 sites de composteurs collectifs ont été placés aux quatre coins de la ville depuis septembre 2019 (champs de juillet, square des émailleurs, jardin de l’évêché, jardin d’Orsay, fac de droit, place lucien berdase). 

Des composteurs individuels sont distribués gratuitement à tous les habitants qui le demandent.  

Dans certaines déchetteries, des zones de réemploi permettent de donner une seconde vie à certains déchets. 100 tonnes sont recyclées chaque année. 
 
Limoges Métropole distribue à la demande des composteurs gratuitement.
Limoges Métropole distribue à la demande des composteurs gratuitement. © Margaux Blanloeil
 

La collecte incitative 


Alors que d’autres villes ont opté pour la taxation des ordures ménagères comme Brive, Limoges privilégie l'incitation en instaurant cette nouvelle méthode d’inversion des collectes de déchets. 

L’expérimentation reçoit autant de louanges que de critiques. Certains trouvent cela "très cohérent", d’autres s’inquiètent des "mauvaises odeurs" ou de "l’arrivée de nuisibles".

Une permanence d’information se tiendra à côté de la mairie annexe de Landouge, les samedis 5 et 12 décembre.  

Les premiers résultats sont attendus dans 6 mois. Si l’expérimentation fonctionne, elle serait déployée en octobre 2022 sur 19 communes de l’agglomération de Limoges.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement écologie