TÉMOIGNAGE : "Rien ne va changer dans l'approche des phytosanitaires", les agriculteurs dans le flou après la suspension du plan écophyto

Pour apaiser la colère des agriculteurs, le gouvernement a annoncé, le 1er février 2024, mettre en pause le plan échopyto. Ce dernier encadrait la réduction de l’usage des pesticides. Cette décision fait débat et inquiète les agriculteurs du Limousin. Réactions.

Réduire de moitié les pesticides dans les champs et les vergers d’ici à 2030, tel était l'objectif du dernier plan écophyto. Le Premier ministre, Gabriel Attal a annoncé sa suspension en attendant un "nouvel indicateur." Il s'agissait d'une revendication de longue date de la FNSEA qui sera donc satisfaite temporairement. Toutefois, le cap donné par le gouvernement manque de clarté selon certains agriculteurs.

"Il ne va rien se passer. C'est ça l'histoire. Faire des déclarations pour que derrière, il n'y ait pas d'acte. On n'est pas des gros consommateurs d'échophyto en Haute-Vienne. Mais là, je sens que les agriculteurs vont être déçus. Ils ont besoin d'une alternative, déplore Bertrand Venteau, président de la chambre d’agriculture de la Haute-Vienne. Ce qui m'inquiète, c'est que rien ne va changer dans l'approche des phytosanitaires et qu'on va encore rester sur du franco-français. On ne pourra pas utiliser des matières ici, alors que d'autres pays européens ou en dehors pourront l'utiliser."

durée de la vidéo : 00h01mn33s
Pour apaiser la colère des agriculteurs, le gouvernement a annoncé, le 1er février 2024, mettre en pause le plan échopyto. Ce dernier encadrait la réduction de l’usage des pesticides. Cette décision fait débat et inquiète les agriculteurs du Limousin. Réactions. ©Charles Lemercier, Jean-Marie Arnal, France Télévisions

Préserver la santé et l'environnement

La mise en pause du plan écophyto est notamment mal vécue par les agriculteurs bio et les associations de défense de l’environnement. Tous souhaitent donner la priorité à l’écologie et la santé humaine, à commencer par celle des agriculteurs.

"Ça ressemble un peu à un enterrement de première classe, constate Pierre-Michel Périnaud, président d’Alerte des médecins sur les pesticides. Même si le plan échophyto n'a pas donné de résultats en termes de baisse des pesticides, ce qui est quand même l'objectif, il nous faisait partager un cadre commun : celui de la baisse nécessaire de pesticides pour des raisons sanitaires et environnementales."

Les associations écologistes estiment que le gouvernement se trompe de combat. L'État proposera une nouvelle version du plan ecophyto avant le Salon de l’agriculture qui se déroulera le 24 février 2024.