Une exposition pour découvrir ou redécouvrir l'art de l'émail à Limoges

L’événement culturel "Impertinente" propose aux limougeauds une déclinaison de visites et d'activités dédiées à l'art de l'émail sur métal. Dans ce cadre, la galerie des Hospices de Limoges accueille, jusqu'en septembre, l'exposition "Un beau caphanaüm ! Emaux et collections" où plus de 225 œuvres en émail sont réunies pour l'occasion.

Du 10 juin au 3 septembre, la galerie des Hospices de Limoges met l'émail en lumière, à travers une exposition conçue en un capharnaüm intentionnel, plus de 225 objets et d’œuvres, datant du XIIe aux XXI siècles, issues de collections privées. 

Des bijoux, des vases ou encore des miroirs. À y regarder de plus près, ils ont tous cette particularité de scintiller à la lumière. Le résultat d’heures de travail pour les émailleurs exposés dans cette galerie.

Une façon d’aider à l’imagination et d’aider à sublimer les éléments.

Jean-Marc Ferrer, Commissaire général de l'exposition Impertinente

Des objets qui racontent l’histoire de l’émail à travers les époques. Un voyage minutieusement organisé par Jean Marc Ferret, commissaire de l'exposition.  "Chez certains collectionneurs, je trouve de l’art africain, des objets qui reviennent de République Démocratique du Congo, que je vois associer avec des émaux de Limoges. Ce dialogue, j’ai voulu le recréer, ici, dans une façon  d’aider à l’imagination et d’aider à sublimer les éléments", développe t il. 

Pilier ancestral des arts du feu, l’émail se relève aussi sous de nouveaux aspects et s’accroche aux différentes modes pour continuer à perdurer dans le temps. À l'image de cette console réalisée par Lise Rathonie.

Un ouvrage à travers lequel la présidente du syndicat des émailleurs professionnels français et émailleuse d’art sur métal souhaite  "montrer que l’émail c’est pas que le petit objet ou du bijou ou du tableau, ça permettait aussi d’habiller du mobilier ". 

Préserver ce savoir-faire 

Si cet art est reconnu au Patrimoine Culturel Immatériel de France,Lise Rathonie bataille avec ses confrères dans le but de faire reconnaître égalementà l’UNESCO : "si on ne donne pas de la visibilité, ce sont des métiers qui vont disparaître quoi qu’il se passe."

Actuellement, il existe plus de 300 ateliers d’émailleurs en France et leur travail émerveille toujours autant les visiteurs.

Au sein de la galerie, cette visiteuse en est déjà à sa deuxième visite, "Je suis venue pour amener un ami voir une expo que j’ai eue l’occasion de visiter en début de semaine une exposition à voir", explique t elle.

Une autre note la qualité d'objets réunis dans la galerie,"On a vraiment des pièces exceptionnelles qui viennent toutes de collectionneurs privés donc c’est une occasion à ne pas manquer !"

Une exposition à retrouver à la galerie des Hospices de Limoges, mais l'émail se décline aussi dans 11 autres lieux au sein de la région jusqu'au 3 septembre.