VIDÉO. Immobilier : le logement, casse-tête des étudiants pour la rentrée à l'université

durée de la vidéo : 00h01mn45s
Au Crous de Limoges, quelques jours avant la rentrée, tous les logements ont été affectés. Logement universitaire ou colocation, rencontre avec deux étudiants qui s'apprêtent à faire leur rentrée à Limoges. ©Laurence Ragon - Nina Santi - France 3 Limousin - France Télévisions

Au Crous de Limoges, quelques jours avant la rentrée, tous les logements ont été affectés. Logement universitaire ou colocation, rencontre avec deux étudiants qui s'apprêtent à faire leur rentrée à Limoges.

Quelques semaines avant la rentrée, les 2000 logements universitaires sur l’Académie de Limoges ont quasiment tous trouvé preneurs.  

Les réservations ont été prises très rapidement, sur les deux dernières semaines de juin et la première semaine de juillet, et surtout, on n'a pas eu de désistement sur la suite. Dès qu'un étudiant se désiste, on propose immédiatement son logement à un autre étudiant puisque nous avons encore quelques étudiants boursiers en attente sur certaines résidences. 

Céline Baah, responsable de l'hébergement au Crous - Université de Limoges (22 août)

à France 3 Limousin

Les résidences du CROUS très convoitées

C’est un grand jour pour cette Sahar N'sir, un appartement lui a été attribué fin août par le Crous : un 31 m² meublé, pour un loyer d'environ quatre cents euros par mois.

Je trouve que c’est très raisonnable, il y a l'électricité et l'eau qui va avec... 427 euros par mois, c'est vraiment peu, je trouve. Avec tout ce que j'ai comme espace, ça s'explique.

Sahar N'sir, étudiante en 1ère année à la Faculté de langues de Limoges

à France 3 Limousin

Pour cette location, toutes les charges sont incluses, internet compris.     

La colocation, un bon plan ? 

Clément n’est pas boursier, il a choisi la colocation avec deux autres camarades pour cet appartement situé en plein cœur de Limoges, sa participation est de 300 euros. La solution pour se loger à moindre coût.

Il y a des étudiants non boursiers qui sont issus de la classe moyenne et qui sont tout juste au-dessus du niveau des seuils, qui, du coup, n'ont pas d'aide sociale, mais dont les parents ne sont pas forcément plus aisés.

Clément Loignon, étudiant en dernière année de Kinésithérapie

à France 3 Limousin

Malgré l’inflation, en matière de loyers, Limoges reste néanmoins très attractive pour les étudiants par rapport d’autres villes universitaires comme Bordeaux ou Toulouse.

Selon des enquêtes menées par les syndicats étudiants, le coût de cette rentrée universitaire sera encore plus élevé qu'en 2022, à plus de 3000 euros l'année (le cout moyen évalué pour un étudiant non boursier). Les budgets seront plus serrés pour les étudiants cette année, notamment en raison de la hausse des frais de la vie courante, de 8,8 %. L’alimentation connaît une hausse de 15 %, selon l’enquête de la FAGE, les loyers et les cautions augmentent de 9 %, les forfaits téléphone et Internet de 19 %.