VIDÉO. "On souhaiterait que ce soit un lieu permanent d’expression artistique" : un collectif d'habitants investit la caserne militaire Marceau

durée de la vidéo : 00h01mn45s
80 personnes ont pique-niqué ce samedi midi dans la cour de la caserne, devant les anciennes écuries qui devraient être détruites pour construire des logements. ©Cécile Descubes / Nassuf Djailani - France Télévisions

Une exposition, un pique-nique géant... Le temps d'un week-end, un collectif d'habitants a investi l'ancienne caserne militaire Marceau à Limoges. Une façon de faire vivre ces lieux, vides depuis 2011, tandis que les contours de son projet de réaménagement sont encore flous.

“Attention permanence, voir tableau.” Mégaphone à la main, un habitant du quartier lit un échantillon des graffitis trouvés à l’intérieur de la caserne. Neuf artistes du quartier se sont approprié les lieux : le site de l’ancienne caserne Marceau revit le temps d’un week-end.

“Cette année, le collectif Marceau s’est arrangé pour que nous puissions investir ce lieu (...) On souhaiterait que ce soit un lieu permanent d’expression artistique. L’avenir nous le dira”, espère François Michel Ronte, dit FMR, artiste plasticien.

Sur le projet architectural, même si la population se sent concernée, la mairie ne souhaite pas s’exprimer pour le moment. Elle a lancé un appel à manifestation d’intérêt pour 150 à 200 logements. Les écuries, elles, seraient détruites pour bâtir des maisons individuelles.

Le collectif Marceau, composé de 275 adhérents, approuve globalement le projet, à quelques gros détails près, selon son président Bernard Varnoux : “Ce qui ne va pas, c’est d’une part : la démolition du pavillon de l’horloge (seule la façade resterait) et la disparition des anciennes écuries.”

 Ouverture du tiers-lieu au printemps prochain

Pour l’instant, seul le bâtiment 25 sera bientôt investi pour devenir un tiers-lieu. Les travaux sont en cours : 1 million 800 mille euros ont été avancés par la mairie, que la coopérative, récemment créée, remboursera sur vingt-cinq ans avec ses activités.

Il y a pas mal de structures qui mettent des options sur leurs futurs bureaux, leurs futurs ateliers. On doit livrer le bâtiment fin février-mars 2024. On a un petit temps d’installation derrière pour la coopérative et vraisemblablement, d’ici la fin du printemps 2024, on sera dans les murs.

Sandra Le Berre, présidente de la coopérative Bâtiment 25

à France 3 Limousin

La coopérative annonce avoir 48 nouveaux sociétaires et va prochainement en intégrer d’autres, dans le domaine du théâtre notamment.