En Limousin, des balades pour apprendre aux enfants à reconnaître les champignons

Publié le Mis à jour le
Écrit par ED et Cécile Descubes

Ils sont de sortie, mais il n'y a pas que les cèpes dans la vie ! Le centre nature La Loutre organise tous les jours des sorties en forêt avec les enfants pour leur apprendre à reconnaître les champignons et distinguer les délices de la nature... et les espèces dangereuses.

Les champignons sont massivement de sortie depuis l'épisode pluvieux qu'a connu le Limousin ces derniers jours. Ce week-end, nombreux iront en forêt chercher des cèpes. Parmi ces délices que l'on cueille en automne, d'autres espèces, comestibles ou non. 

C'est justement pour apprendre à les distinguer dès le plus jeune âge, que des sorties ont lieu en ce moment presque tous les jours en Limousin, organisées et encadrées par le centre nature La Loutre.
 

Ce matin-là, les élèves de l'école de St Hilaire-la-Treille, en Haute-Vienne, étaient de sortie. Les enfants cueillent les champignons, sous les consignes des animateurs.

"Il y a plus de 1600 champignons différents chez nous", insiste Frédéric Noilhac auprès des enfants réunis autour de lui. "Pour certains, on peut leur donner un nom en regardant dans un livre, qui nous dira si on peut le consommer ou non. Pour d'autres, c'est plus compliqué."
 

Une jeune fille lui montre sa trouvaille, un champignon "petit, rose et bizarre". "Tu aurais envie de le manger celui là ? Non? Tu as raison car il n'est pas bon du tout", explique l'animateur.

Sur une sortie d'une heure et demie avec les enfants, en ce moment, on est sur 50 à 70 espèces de champignons. Depuis 4 ou 5 jours, la famille des bolets et des cèpes font leur apparition.
Frédéric Noilhac, animateur au centre nature

Une connaissance qui se perd

Ces enfants vivent à la campagne, mais la plupart ne connaissent plus les champignons. Triste constat des mycologues, les experts des champignon : cela s'aggrave d'année en année.

De retour à l'école, une mycologue a identifié et exposé chacune des espèces récoltées, ici, une quarantaine en tout

Ça révèle une bonne diversité de formes, d'espèces que l'on peut trouver dans les bois, et ça montre aussi qu'il y a pas mal d'entre elles qu'il faut éviter de manger...
Isabelle Jacob, mycologue et animatrice au centre nature

Après ce classement, les animateurs attirent l'attention des enfants sur ceux qui sont facilement reconnaissables chez les plus dangereux. Exemple type, l'amanite phalloïde, mortelle, à l'origine de la très grande majorité des accidents mortels de cueillette.

Une exposition ouverte ensuite aux gens du village. Des habitants qui ne parlent, en ce moment, que de leurs énormes récoltes de cèpes...
 
Haute-Vienne : les enfants apprennent à reconnaître les champignons