Une mouche dévoreuse de moutons en Haute-Vienne

Elle inquiète les éleveurs, la wohlfahrtia magnifica, une mouche qui vivait auraparavant dans les Alpes et les Pyrénées mais désormais présente dans près de 40 communes haut-viennoises. Cette mouche pond ses oeufs sur des ovins qui les dévorent de l'intérieur.
La mouche tueuse d'ovins inquiète sérieusement les éleveurs
La mouche tueuse d'ovins inquiète sérieusement les éleveurs © Max PPP Christian Watier
La Charente et la Vienne ont déjà été touchées en 2016 par les ravages de cette mouche tueuses d'ovins. La wohlfahrtia magnifica, est une espèce de mouches qui à la particularité de pondre dans la toison des moutons, souvent à l'endroit d'une petite écorchure sur la peau. Ces larves éclosent en trois jours et dévorent l'ovin vivant. Un véritable scénario de film d'horreur animal. 

Dans les orifices et sur les pieds des ovins

La wohlfahrtia magnifica pond des larves au niveau des orifices et des pieds des ovins mais aussi chez les bovins et les chiens. Ces asticots provoquent des plaies profondes à partir d'une simple inflammation voire sur une peau saine. 
L'évolution peut aller jusqu'à la mort de l'animal suite à une propagation des lésions ou par septicémie. 

Symptômes

Affaiblissement, perte de poids et d'appétit. Des boiteries avec déformation du pied et écartement des doigts de pied, des écoulements vulvaires peuvent aussi être observés. 


Quels soins ?

Tondre une grande zone autour des lésions sur l'animal avant d'appliquer une solution d'insecticide, attention à ne pas brûler la peau de l'animal. Le retrait à la main des asticots peut s'avérer nécessaire. Une couverture antibiotique est nécessaire afin d'éviter les surinfections.
Une surveillance de l'animal est nécessaire pendant plusieurs jours. 

Quid des autres départements du Limousin

La wohlfahrtia magnifica serait aux portes de la Creuse. Un réseau de surveillance a été mis en place pour centraliser les informations.
Dans le cadre de la section ovine de GDS Creuse, un réseau de surveillance sanitaire regroupant différents intervenants (éleveurs, vétérinaires ...) avec une centralisation des données par GDS Creuse existe depuis 2013. Une attention particulière est donnée aux myiases de la wohlfahrtia. 

Si vous êtes confronté ou témoin de la présence de myiases sur un secteur contactez GDS Creuse. 


Le pied de ce mouton est au stade 1 avec présence de larves. Photo prise chez un éleveur de moutons de Bussière-Poitevine, dans le nord de la Haute-Vienne.
Le pied de ce mouton est au stade 1 avec présence de larves. Photo prise chez un éleveur de moutons de Bussière-Poitevine, dans le nord de la Haute-Vienne. © France 3 Limousin Cécile Descubes


France 3 Limousin - Interview de Claude Souchaud, président de Tech Ovin à Bellac - 04/06/2018



France 3 Limousin - La mouche dévoreuse de moutons - 04/06/2018





Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement société agriculture économie