"On peut se féliciter qu'il vienne en prison chez nous !". Vincent Reynouard qui remettait en cause le massacre d'Oradour-sur-Glane bientôt extradé d'Ecosse

La justice écossaise autorise l'extradition de Vincent Reynouard a-t-on appris par nos confrères de l'AFP ce jeudi 12 octobre. Le négationniste condamné à plusieurs reprises viendra effectuer sa peine en France. Réaction de Benoît Sadry, président de l'association des familles des martyrs d'Oradour-sur-Glane.

Condamné à plusieurs reprises pour négationnisme, Vincent Reynouard avait été arrêté en Écosse en novembre 2022. Les autorités judiciaires écossaises ont autorisé son extradition ce jeudi 12 octobre. 

On peut se féliciter qu'il vienne en prison chez nous ! Nous sommes satisfaits de la collaboration entre nos systèmes de justice européens qui permettent ce type d'extradition contre des gens qui contestent des faits historiques scientifiquement prouvés. C'est un soulagement.

Benoît Sadry, président de l'association nationale des familles des martyrs d'Oradour-sur-Glane

L'homme était recherché pour exécuter une peine d'un an, après une condamnation pour "contestation de crime contre l'humanité". Son nom était également lié à une enquête ouverte pour des tags faits à proximité du village martyr d'Oradour-sur-Glane (87) où le 10 juin 1944, les SS de la Division Das Reich massacrèrent 643 hommes, femmes et enfants.

Le 21 août 2020, des tags étaient découverts sur le mur d’entrée du Centre de la Mémoire, près des ruines du village martyr. Le mot martyr avait été remplacé par "menteur", suivi, de "À quand la vérité ?", et "Reynouard a raison". 

Je me souviens de plusieurs attaques révisionnistes de Vincent Reynouard à l'encontre de Robert Hébras. Cela avait beaucoup blessé le dernier survivant du massacre d'Oradour.

Benoît Sadry, président de l'association nationale des familles des martyrs d'Oradour-sur-Glane

Vincent Reynouard, 54 ans, avait fui en Écosse où il vivait sous une fausse identité. Il avait été arrêté en novembre 2022. Les autorités françaises avaient demandé son extradition.

Dans plusieurs vidéos diffusées sur internet, Vincent Reynouard, s'opposant à son extradition, avait remis en cause le massacre d'Oradour-sur-Glane.

Ces vidéos sont "au-delà de ce qui est tolérable dans notre société", a estimé jeudi le "sheriff" Christopher Dickson dans sa décision écrite.

Je suis satisfait qu'il vienne effectuer sa peine en France, car un an avant la commémoration des 80 ans du massacre en 2024, il avait à nouveau choisi de publier un livre négationniste. S'il y a à nouveau récidive, il sera plus facile de le poursuivre s'il est en prison chez nous.

Benoît Sadry, président de l'association nationale des familles des martyrs d'Oradour-sur-Glane

Des condamnations nombreuses

  • Dès 1991, Vincent Reynouard avait fait l'objet de poursuites pour révisionnisme, la dernière condamnation en France remontait à janvier 2021 : six mois de prison ferme pour une vidéo publiée en 2019 où il niait la réalité de la Shoah.

  • Octobre 1992, Vincent Reynouard est pour la première fois condamné pour contestation de crimes contre l’humanité.

  • En 1997, il contribue à un ouvrage prétendant innocenter la Waffen SS du massacre d'Oradour-sur-Glane. Message qu'il réitère en 2001 dans une vidéo.

  • En juin 2004, pour apologie de crimes de guerre, la Cour d'Appel de Limoges le condamne à 24 mois de prison. La Cour de cassation cassera cet arrêt en avril 2005, jugeant que les faits reprochés ne constituent pas une apologie de crimes de guerre, mais une simple contestation de crimes de guerre, laquelle n'est pas réprimée par la loi. 

  • En Angleterre, il est régulièrement condamné les années suivantes lors de plusieurs procès, toujours pour négationnisme et/ou révisionnisme. 

Récit avec l'AFP

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité