Panazol : le maire attaque un cabinet d’architecture devant la justice suite à de nombreuses malfaçons

Publié le
Écrit par Franck Petit

La mairie de Panazol engage deux recours devant le tribunal administratif contre un cabinet d’architecture. Le premier concerne la salle “le Rok, espace filature”. Le second porte sur le préau de l’école Turgot.

Lors de la guerre 14-18, le maire de Panazol s’appelait Henri Boucheron. Il était le directeur d’une filature en bord de Vienne. Les locaux de celle-ci ont disparu. 

C’est sur ce terrain inoccupé que la ville a décidé de construire une salle multifonctionnelle destinée à remplacer sa salle des fêtes devenue obsolète.  

Jean Paul Duret, maire de la petite ville de 11 000 habitants entre 2008 et 2020, a fait appel à un cabinet d’architecture et d’urbanisme basé en Dordogne.

Quand Cédric Ramière, directeur de CoCo Architecture est arrivé sur le terrain de l’ancienne filature, il a remarqué un énorme rocher, et s’en est inspiré pour dessiner ce qu’on a par la suite appelé “Le rok, espace filature.” 

La première pierre a été posée le 14 juin 2017. Cet espace, qui comprend 1000 places debout ou 400 places assises, est destiné à accueillir des concerts ou être utilisé par des associations ou la municipalité.  

Malfaçons au Rok 

En 2020, une nouvelle équipe municipale est arrivée à la tête de Panazol. Fabien Doucet, maire (LR) de la ville, et par ailleurs cadre dirigeant dans le BTP (Bâtiments et Travaux Publics), dénonce aujourd’hui la soixantaine de malfaçons qui touchent “Le Rock, Espace filature”. 

Si la salle est fonctionnelle depuis septembre 2020, le chantier n’a pas été officiellement réceptionné. Des réserves ont été émises. Un huissier les a toutes relevées. 

Fabien Doucet note que le béton du hall d’entrée est fissuré. Les finitions se verraient sur les entrées arrière et les loges. Le sol n’aurait pas été terminé conformément. Le chauffage et la climatisation poseraient un certain nombre de soucis. 

Toutes ces réserves sont inacceptables pour une salle qui a coûté 3,3 millions d'euros au contribuable. La qualité de la prestation n’est pas celle que l’on attendait.

Fabien Doucet, maire (LR) de Panazol

Une procédure a été engagée au tribunal administratif contre l’architecte. Ce dernier n’ayant pas donné suite à ce que le maire appelle “un recours amiable”.  

Le préau de l’école Turgot 

Le cabinet CoCo Architecture a également dessiné le préau de l‘école Turgot à Panazol. La structure métallique ne touche pas le sol. Le maire juge que ce préau pose un problème pour la sécurité des enfants qui pourraient se blesser. 

Une procédure a été engagée devant le tribunal judiciaire de Limoges, mais celui-ci s’est déclaré incompétent. La ville de Panazol vient donc de se tourner vers le tribunal administratif.  

Ce qu’en pense l’architecte 

Concernant le Rok, Cédric Ramière, directeur de CoCo Architecture, affirme avoir bien reçu un certain nombre de courriers recommandés de la part de la mairie de Panazol : “J’ai travaillé avec les services techniques. On avait levé toutes les réserves. Je ne suis pas d’accord avec ce que Mr Doucet avance dans ses courriers”

J'ai toujours eu de très bonnes relations avec l’ancien maire qui nous avait choisi et confié ces opérations. Les élections font que je dois finir mes projets avec une municipalité différente. On a mis beaucoup d’énergie dans cette opération qui ne se termine pas à cause de gens à qui on a du mal à parler.

Cédric Ramière, directeur de CoCo Architecture

Cédric Ramière ajoute que “le rok, espace filature” a été validé par les pompiers. De nombreuses entreprises et ingénieurs seraient intervenus sur le projet. Le directeur de CoCo architecture dit avoir hâte de s'expliquer devant le tribunal administratif si cela s’avère nécessaire. 

Sur l’affaire du préau de l’école Turgot, l’architecte aurait proposé au maire d’installer des bancs autour de la structure pour que les écoliers ne puissent plus s’en approcher : “Fabien Doucet avait dit qu’il les ferait réaliser en interne. Il n’a rien fait et voudrait qu’on paie les bancs d’une opération qui a été réceptionnée. Nous ne sommes pas d’accord”.  

Et l’ancien maire ? 

Jean Paul Duret, ancien maire (PS) de Panazol, affirme quant à lui qu’il a eu à subir de nombreux retards lors de la construction du Rok alors qu’il était encore en fonction : “je devais l’inaugurer avant la fin de mon mandat. Sur les malfaçons, je regrette cette situation dont je suis en partie responsable, notamment par rapport à mon successeur pour qui  tout cela est difficile à gérer”.