Une productrice de plantes médicinales en Haute-Vienne

Pendant ces vacances de la Toussaint, focus sur la médecine et traditions populaires du Limousin. Marie-Isabelle Bosselut est productrice de plantes médicinales près de Rochechouart en Haute-Vienne. Découverte des bienfaits de l'achillée, l'ortie, l'aubépine ou autres...
Marie-Isabelle Bosselut, productrice de plantes médicinales près de Rochechouart
Marie-Isabelle Bosselut, productrice de plantes médicinales près de Rochechouart © Martial Codet-Boisse
Sur environ un hectare de prairies, de bois, Marie-Isabelle Bosselut cultive, récolte depuis 5 ans des dizaines de plantes médicinales : achillée, camomille, armoise, sureau...
L'achillée, une plante hémostatique
L'achillée, une plante hémostatique © André Abalo

L'achillée, c'est une plante hémostatique, c'est à dire que cueillie fraîche, si l'on a une coupure où que l'on saigne du nez, on broie les feuilles, elles arrêtent le saignement. C'est aussi un décontractant des muscles lisses pour les femmes, cela calme les douleurs liées au cycle menstruel. Marie-Isabelle Bosselut

L'ortie, excellent diurétique
L'ortie, excellent diurétique © André Abalo

Attention, pour ne pas être piqué par l'ortie, il faut la cueillir par en-dessous. C'est un diurétique, très riche en minéraux et lors d'une purge, l'ortie permet de reconstituer ses réserves. Marie-Isabelle Bosselut

Des plantes sorcières

L'aubépine, une des plantes dites "sorcières"
L'aubépine, une des plantes dites "sorcières" © André Abalo
Marie-Isabelle Bosselut utilise également certaines plantes telle l'aubépine, connue pour réguler le rythme cardiaque, des plantes dites "sorcières" à l'origine pour "les remèdes de "bonne femme", d'ailleurs l'origine latine de bonne signifie sage, à l'époque, ce sont les femmes qui savaient soigner. Certaines des plantes utilisées ont été diabolisées. On l'utilise toujours comme talisman, on la brûle même comme de l'encens" explique la productrice de plantes médicinales.
Dans son atelier, Marie-Isabelle Bosselut pèse et ensache les plantes séchées
Dans son atelier, Marie-Isabelle Bosselut pèse et ensache les plantes séchées © Martial Codet-Boisse
Les récoltes sont placées dans un séchoir ventilé, puis sélectionnées, pesées, ensachées pour en faire des infusions.148 plantes sont autorisées à la vente par décret, Marie-Isabelle est productrice, pas herboriste car seuls les pharmaciens le sont.

C'est logique, les plantes agissent et il est normal que les gens n'en prennent pas n'importe comment car certaines d'entre elles peuvent interagir avec un traitement pris en parallèle", précise Marie-Isabelle Bosselut

Une femme qui perpétue, développe ce savoir-faire ancestral, commercialise ses produits en boutique et sur internet. Un savoir des plantes qui soulagent et guérissent hérité de ses grands-parents.
Une productrice de plantes médicinales en Haute-Vienne
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tradition sorties et loisirs insolite