Cet article date de plus de 4 ans

Saint-Junien (87) : un cambrioleur arrêté à cause de son ADN

Trahi par son ADN, l’auteur d’une tentative de cambriolage à Saint-Junien en 2015 a été interpellé début janvier 2017 par les gendarmes de la brigade locale.

L’affaire remonte au 14 août 2015 à Saint-Junien. Une personne tente de pénétrer par effraction dans une maison en fracturant une porte, deux volets et une porte fenêtre. En vain. Lors d’une ultime tentative pour pénétrer dans le logement, elle marque de son ADN l’un des volets.

Lors des investigations menées par les gendarmes de Saint-Junien, un technicien en investigations criminelles de proximité de la brigade locale a réalisé un prélèvement ADN.

Début janvier 2017, ce prélèvement a été identifié dans la base du fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG) : celui d’un individu âgé d’une trentaine d’années et résidant à Saint-Junien.

Après la tentative de cambriolage, cette personne a commis un autre délit et son  empreinte génétique a été intégrée à la base FNAEG ce qui a permis de résoudre l’enquête initiale.  

L’intéressé a été interpellé et devra répondre de ses actes devant le tribunal correctionnel de Limoges.

En 2016, 20 délinquants ont été confondus en Haute-Vienne grâce aux prélèvements effectués par la gendarmerie.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers