VIDEO. Santé : la peinture et le sport pour aider les malades de Parkinson

durée de la vidéo : 00h03mn05s
En France, 270 000 personnes sont touchées par la maladie de Parkinson et 25 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année. Parkinson se caractérise par la destruction des neurones à dopamine qui contrôlent les mouvements. Le sport ou la culture n’empêchent pas la maladie, mais présentent des bénéfices. ©France 3 Limousin

La maladie de Parkinson peut prendre différentes formes : tremblements, dépression, lenteur, anxiété, blocages… Pour réduire ces symptômes ou ralentir leur apparition, le sport et la culture sont utilisés comme moyens de thérapie en Haute-Vienne.

Depuis septembre, tous les jeudis, la Villa Sport de Saint-Yrieix-la-Perche, en Haute-Vienne, accueille une dizaine de joueurs de tennis de table un peu particuliers. Il s’agit de personnes atteintes de la maladie de Parkinson. Grâce à cette actitivé, le temps d’une séance, ils oublient un peu la maladie : «Le tennis de table, j’en avais jamais fait. Mais c’est plaisant et quand on ressort, on est tranquille », explique l'un de ces joueurs.

Je tremble beaucoup. Mais quand on fait du ping-pong, je ne tremble pas. C’est général, quand on a une activité, on tremble moins.

Jean-Pierre Theron, atteint de la maladie Parkinson

                                                                                              

Ces séances de tennis de table sont proposées pour la deuxième année par l'antenne locale de France Parkinson 87. Elles sont animées par un ancien joueur qui, en faisant travailler les réflexes, la coordination et l’équilibre, aide ces malades :

On met aussi à côté un certain nombre d’exercices pour essayer d’étirer un peu les Parkinsoniens qui ont tendance à être repliés sur eux-mêmes.

Gérard Goursat, entraîneur de tennis de table France Parkinson

A Saint-Junien, c’est une autre activité thérapeutique qui est proposée par France Parkinson 87 aux personnes atteintes de la maladie : la peinture. Sébastien Frugier, un ancien musicien de 52 ans, a trouvé dans cette activité une vraie aide face à la maladie. « C’est de se retrouver tous ensemble, dans un moment calme. On est là entre nous et c’est apaisant ».

Plusieurs études montrent que l’activité physique pourrait réduire les symptômes et améliorer les traitements de cette maladie dégénérative. Mais ces effets ne sont pour l’instant pas quantifiables.