Cet article date de plus de 6 ans

Une école fermée à Saint-Symphorien-sur-Couze à cause du radon

La quarantaine d'élèves de l'école primaire de Saint-Symphorien-sur-Couze, en Haute-Vienne, va devoir déménager. Jeudi 12 mars, les parents d'élèves ont été avertis d'une forte présence de radon. A partir de lundi prochain ils seront scolarisés dans l'école de Saint-Pardoux.
L'école primaire de  Saint-Symphorien-sur-Couze, en Haute-Vienne, fermée à cause de la présence de radon, le 13 mars 2015
L'école primaire de Saint-Symphorien-sur-Couze, en Haute-Vienne, fermée à cause de la présence de radon, le 13 mars 2015 © France 3 Limousin/F.Petit
© F.petit
C'est lors d'un contrôle périodique que des mesures de radon supérieures à la normale ont été révélées.L'école est fermée pour une duréee indéterminée, le temps de procéder à l'expertise du site et de mettre en oeuvre les travaux nécessaires. 
Une réunion a eu lieu ce soir dans la commune entre les parents d'élèves et les services sanitaires.
Qu’est-ce que le radon ?

Le radon est un gaz radioactif, incolore, inodore, et sans saveur, d’origine le plus souvent naturelle. Il est issu de la décomposition naturelle de l’uranium 238 et du radium présent dans certains substrats géologiques, notamment les sous-sols granitiques et volcaniques. Il est aussi émis par certains matériaux de construction. Le radon provenant du sol peut s’accumuler dans l’air intérieur des bâtiments et provoquer des expositions de long terme significatives.
L’entrée et l’accumulation du radon dans les bâtiments est fonction de nombreuses caractéristiques du bâti, notamment les procédés de construction, l’état de la surface en contact avec le sol et le fonctionnement de la ventilation.

En ce qui concerne les bâtiments existants, des techniques de réduction des concentrations en radon sont disponibles. Leur définition est fonction des situations particulières (concentrations mesurées et types constructifs) : elle peut aller de la modification des conditions de ventilation afin de diluer le radon, jusqu’à la mise en dépression du soubassement du bâtiment, en passant par l’étanchement de la surface en contact avec le sol.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé archives éducation