Les Tunisiens d'Aquitaine votent aussi Ennahda

Le parti islamiste arrive en tête dans les bureaux de vote de la région. Comme en Tunisie.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité
video title

Aquitaine : M. Harzi parle du scrutin tunisien

Moez Harzi était président de bureau de vote à Bordeaux . Il revient sur le succès de ces élection,s tunisiennes et ses résultats en Aquitaine.

70 % des Tunisiens d'Aquitaine sont allés voter. Une large participation  pour le premier scrutin libre de la Tunisie. Les résultats définitifs sont attendus cet après-midi. Selon les premières tendances, la circonscription Sud de la France a voté comme la Tunisie.  Sur les 5 sièges à pourvoir, 2 iraient à Ennahda.

Le parti islamiste Ennahda est arrivé en tête en Tunisie. Dès hier, il a revendiqué une position dominante sur le nouvel échiquier politique tunisien. Ennahda a estimé son score entre 30 et 40%  au sein de l'assemblée constituante élue dimanche. Un scrutin historique, neuf mois après la révolution qui a chassé Ben Ali et lancé le printemps arabe.
 
Vote des Tunisiens de l'étranger

Les premiers résultats, provisoires, annoncés lundi soir par la commission électorale indépendante (Isie) donnaient Ennahda largement en tête pour le vote de la diaspora, avec 9 des 18 sièges (sur les 217 de l'assemblée) réservés aux Tunisiens de l'étranger.
 

La Constituante sera chargée de rédiger une nouvelle constitution et de désigner un nouvel exécutif jusqu'aux prochaines élections générales, prévues dans un délai d'un an.

Tractations politiques

Même si Ennahda, laminé sous Ben Ali, s'impose comme la nouvelle force dominante, les analystes soulignent qu'" il ne pourra pas gouverner seul ". 

 Et pour dégager une majorité, Ennahda devra négocier avec des formations de gauche, notamment le Congrès pour la République (CPR) de Moncef Marzouki et Ettakatol de Mustapha Ben Jaafar. Ces partis dirigés par d'anciens opposants se disputent la 2e place du scrutin, autour de 15%.

Les droits de la femme

Ennahda se réclame du modèle du parti islamo-conservateur au pouvoir en Turquie AKP. Dés hier, il a lancé un message à l'adresse des partenaires économiques du pays et des femmes.
" Nous respecterons les droits de la femme (...) et l'égalité entre les Tunisiens quels que soient leur religion, leur sexe ou leur appartenance sociale", a déclaré Nourreddine Bhiri, membre de la direction du parti islamiste.

Une situation économique tendue

Le prochain gouvernement sera confronté à une situation économique très tendue. La croissance tourne habituellement autour de 5-6%. Elle est nulle ou négative depuis janvier.  Le désastre de la dernière saison touristique a détruit des emplois et gonflé un taux de chômage estimé aujourd'hui à 19%.

L'opposition des démocrates laïques

Ennahda devra compter avec l'opposition d'un bloc de démocrates laïques et libéraux - une force pas encore structurée mais qui pourrait représenter autour de 25% des sièges - qui se posera en contre-pouvoir au sein de la nouvelle assemblée.