Pas d'incident au TAP pour la pièce de Castellucci

La pièce a été jouée sous haute surveillance policière. Pas de confrontation entre les anti et les pro Castellucci.

Les opposants à la pièce controversée en France de Roméo Castellucci "Sur le concept du visage du fils de Dieu" se sont montrés discrets hier soir mardi à Poitiers. Les catholiques tradionnalistes avaient organisé une soirée de prières loin du TAP.

Les partis de gauche qui avaient appelé à une contre manifestation ont rassemblé une cinquantaine de militants devant le théâtre-auditorium de Poitiers où la picé était jouée.

                                    Une nouvelle polémique autour de la pièce

Calme à l'extérieur donc, à l'opposé de ce qui s'est passé dans d'autres grandes villes de France, mais tempête sur scène en revanche. En effet, pour la première fois au monde, la pièce a été amputée d'une partie de son contenu en raison d'une décision préfectorale. La Préfecture de la Vienne a en effet refusé la participation des enfants à l'une des scènes de la pièce. Selon le metteur scène qui s'est exprimé dans un communiqué, dans cette scène "une groupe d'enfants entre en scène avec des sacs à dos et en vide le contenu composé de grenades-jouets. Ils les lancent ensuite contre le grand portrait du Salvator Mundi de Antonello de Messine". "C'est une forme de prière "ajoute Roméo Castellucci.

Les acteurs et le metteur en scène ont hésité à donner la représentation dans ces conditions mais finalement la pièce a été jouée "en signe de protestation" et pour ne pas donner raison aux opposants précise Castellucci.

Une seconde représentation est prévue ce mercredi à 20h30 au TAP.

Tanguy Scoazec ,Laurent Gautier et Julien Delage étaient au TAP. Retrouvez le récit de la soirée dans la vidéo

Lire aussi: tensions autour de la pièce de Castellucci

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité