Tensions autour de la pièce de Castellucci

"Sur le concept du visage du fils de Dieu" est jouée au TAP de Poitiers sous surveillance policière.

Manifestation de mécontentement et contre-manifestation de soutien sont annoncées à Poitiers. Le quartier autour du TAP est bouclé cet fin d'après-midi par la police.

La pièce fait polémique depuis l'été 2011 et sa présentation au Festival d'Avignon, "Sur le concept du visage du fils de Dieu" du metteur en scène italien Roméo Castellucci est programmée pour deux soirs à Poitiers.

En France, les représentations de cette pièce qui a été donnée à travers d'autres pays d'Europe, suscitent  des incidents, les plus violents ont eu lieu à Paris. Mais à Rennes, Lille ou Strasbourg, elles étaient placées sous haute surveillance policière.

La contestation vient des milieux catholiques principalement des intégristes, proches de Civitas. Une scène les choque particulièrement.

On y voit un fils et son père.

Le vieil homme est atteint de dysentrie et se vide littéralement sous les yeux du public devant une reproduction géante du Christ, peu à peu tâchée par un voile d'encre noire.

A Poitiers, l'association Sainte-Jeanne qui réunit des catholiques traditionnalistes s'insurge contre le caractère blasphématoire de la pièce. Ses adhérents sont mobilisés et organisent notamment des veillées de prières réparatrices où ils convient tous les chrétiens.

De leur côté, plusieurs partis d'extrême gauche (NPA, anarchistes) et le Parti Communiste appellent eux à une manifestation de soutien au metteur en scène à partir de 18h30 au TAP.

 

 

Reportage complet demain sur notre site sur la représentation de ce mardi soir et direct dans le JT de 19h.

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Nouvelle-Aquitaine
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité