La place de l'homosexualité en France à travers ces quarante dernières années

Retour sur la place et l’évolution de la perception de l’homosexualité en France, à l’occasion de la diffusion du documentaire inédit, Du PACS à la PMA, trente ans de combats pour l’égalité des droits, lundi 24 mai à 22.55.

 

 

 

Gay pride 2017 à Strasbourg
Gay pride 2017 à Strasbourg

La place de l'homosexuel dans l'histoire

Etre homosexuel. Ce n'est pas un choix. On est ce que l'on est. Aimer et avoir des pratiques sexuelles avec une personne de même sexe a souvent été décrié. Pourtant, cela n'a pas toujours été le cas notamment dans l'Antiquité. A cette époque, la bisexualité et l'homosexualité faisaient partie des moeurs. Il s'agissait même d'un passage vers l'âge adulte. Le droit romain tolérait ainsi l'homosexualité. A partir du VI siècle après JC, cela devient un crime passible de la peine de mort. Aujourd'hui encore, 69 Etats dans le monde répriment  l'homosexualité et 11 condamnent les pratiques homosexuelles de peine de mort dont l'Iran et le Nigeria.

La situation en France dans les années 1980

C'est à ce moment que la France et le monde découvrent les premiers symptômes de ce que l'on appelera rapidement le Sida. Une maladie complexe qui fragilise les défenses immunitaires du corps humain. Ce virus secoue la population et suscite de nombreux débats et controverses au sein de la société française. Ce mal est alors méconnu des scientifiques qui tentent d'endiguer l'épidémie. Le sida est la forme la plus violente de la maladie mais tout le monde n'atteint pas alors ce stade. Plusieurs personnes deviennent seulement séropositives. Ces interrogations soulèvent de nombreuses questions sur les conditions des homosexuels en France. Leurs rapports avec les autres, la place et l'image qu'ils peuvent avoir dans la société mais aussi les apprioris et tabous. C'est à cette période que le pays prend alors conscience de cette minorité insultée et attaquée moralement et physiquement. 

4 août 1982 : la dépénalisation de l'homosexualité

Plusieurs personnalités publiques et politiques s'engagent dans la reconnaissance et la protection sociale mais aussi médicale des homosexuels. Robert Badinter, ministre de la justice, porte le projet de favoriser une meilleure acceptation des homosexuels dans la société française.

Concrètement, l'Assemblée Nationale met fin à l'interdiction des relations homosexuelles entre un adulte et un mineur de plus de 15 ans (âge de la majorité sexuelle à l'époque). Les fiches de polices qui rencensaient les homosexuels sont détruites. Le second amandement annule l'aggravation de l'outrage à pudeur s'il s'agit d'un acte homosexuel.

De manière générale, il y a une plus grande reconnaissance civile dans le travail, dans le cadre aussi des contrats de locations. A titre d'exemple, un propriétaire n'est plus autorisé à renvoyer son locataire s'il est homosexuel. La France s'engage ainsi à reconnaitre et valoriser cette partie de la population, un engagement qu'elle entame dès 1981 en retirant sa ratification de l'OMS qu'elle avait signait en 1968 pour classer l'homosexualité comme une maladie mentale.

Dès lors, le gouvernement tente de faire changer les mentalités car le sida ne concerne pas que les homosexuels mais toute la population qui peut être touchée par ce virus. Commencent alors des séries de campagnes publicitaires pour mettre en garde contre cette maladie. L'objectif est de faire de la prévention contre un virus inconnu qui se propage et fait de nombreux ravages dans les années 1980 et au début des années 1990 notamment. On parle alors d'hécatombe. L'heure est grave et de plus en plus d'associations apparaissent pour défendrent les malades et leurs familles. Un long combat s'engage alors pour les aider sur le plan médical et financier.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Sidaction (@sidaction)

La lutte est alors engagée par Sidaction qui voit le jour en 1994. L'objectif est d'aider les malades mais pas seulement. Avertir, conseiller tous ceux qui ont une vie sexuelle, que l'on soit hétérosexuel ou homosexuel, car le sida peut toucher n'importe qui.

Qu'est-ce que c'est être séropositif ?

Il s'agit d'une personne qui a contracté le virus du VIH et qui peut le transmettre à son tour par des rapports sexuels non protégés ou par contact avec le sang, notamment aux niveaux de muqueuses. Mais une personne séropositive est une personne qui, cependant, ne présente pas de signes cliniques alarmants et ne développe pas de symptômes graves. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par AidesNancy (@aidesnancy)

La différence entre une personne séropositive et une personne atteinte du sida

Le sida est le dernier stade de la maladie du VIH. C'est la dernière phase de l'infection, la plus grave. Elle détruit les défenses immunitaires du corps qui ne peut plus se protéger et se défendre naturellement contre des infections comme par exemple une grippe. Le VIH ne conduit pas systèmatiquement au SIDA lorsque l'on suit un traitement de nos jours. On peut vivre longtemps et en bonne santé. Le traitement empêche ainsi la réplication du virus. Le VIH et le Sida ne se guérissent toujours pas aujourd'hui mais se soignent à l'aide de traitements médicamenteux.

Les années 1990 : la lente évolution des moeurs

Au cette période, il n'y a pas d'avancée des droits homosexuels mais les mentalités continuent d'évoluer grâce aux engagements d'associations ou de personnalités publiques à l'image de la princesse Lady Diana qui a fait de l'homosexualité l'un de ses principaux combats.

Diana serrant la main d'une personne atteinte du Sida, le 9 avril 1987.
Diana serrant la main d'une personne atteinte du Sida, le 9 avril 1987.

Elle est l'une des premières personnalités à avoir osé toucher une personne infectée par le VIH montrant au monde entier que l'on ne contracte pas le VIH par un simple contact. Ce genre d'actions a beaucoup aidé à faire changer l'opinion publique vis-à-vis des séropositifs. Cela a ainsi amené les pouvoirs publics et les Etats à évoluer eux aussi.

15 novembre 1999, une avancée sociale et civile pour les couples homosexuels :  le PACS

Le pacte civile de solidarité (PACS) instauré par la France, le 15 novembre 1999, reconnaît légalement les unions civiles entre personnes de même sexe ou de sexe opposé. Contrairement au mariage civil à la mairie, le PACS autorise l'union civile entre deux personnes majeures sans imposer de restrictions quant au sexe des deux individus qui décident de s'unir ce qui est alors une grande première ! 

L'intérêt du PACS est une reconnaissance sociale et civile mais pas seulement. Il offre plusieurs avantages sociaux et fiscaux. Il propose le régime de séparation de biens et il est plus facile de dissoudre le PACS en terme de démarches que le mariage lorsque le couple se sépare. Cependant, le PACS reste moins avantageux que le mariage, notamment pour les questions d'héritage et d'autorité parentale.

Les années 2000 : discussions sur une loi en faveur du mariage entre personnes du même sexe

En France, la majorité des partis politiques de gauche sont favorables à l'ouverture du mariage pour des couples de même sexe. Lors de l'élection présidentielle de 2007, la candidate du partis socialiste qui arrive au second tour, Ségolène Royal, propose l'ouverture du mariage aux couples homosexuels. C'est en 2012, lors de l'élection présidentielle, que François Hollande qui devient alors Président de la République, promet de rendre le mariage accessible à tous

Les manifestations de la Manif pour tous en 2012

Suite à l'annonce du Président de la République François Hollande, de faire adopter la loi visant à rendre le mariage ouvert aux homosexuels, un collectif d'associations se met en place pour s'opposer au le projet. La Manif pour tous combat l'idée d'ouvrir le mariage aux personnes de même sexe, à l'adoption, la PMA et la GPA

Manif pour tous
Manif pour tous

Les manifestations commencent en novembre 2012 et sont à ce jour les manifestations les plus virulentes que la France ait pu voir. Chaque manifestation rassemble des centaines de milliers de personnes qui manifestent dans les rues des plus grandes villes. Le collectif a beaucoup été critiqué pour être homophobe et raciste. Décrié par les uns, soutenu par les autres, la manif pour tous s'essoufle avec l'adoption de la loi en 2013.

23 avril 2013 : la loi pour le mariage pour tous est adoptée

L'Assemblée Nationale adopte le 23 avril 2013 la loi permettant le mariage et l'adoption aux couples du même sexe.

Le 17 mai 2013, le Président de la République promulgue la loi qui est, dans le même temps, déclarée conforme à la Constitution par le Conseil Constitutionnel. En 2018, plus de 6000 mariages homosexuels sont rencensés.

Le long chemin parcouru par les homosexuels en France a fait l'objet d'un documentaire inédit pour mieux comprendre la lente évolution des moeurs et des lois.

Découvrez les premières images du documentaire 

Extrait du documentaire : Du PACS à la PMA

 

Découvrez le lundi 24 mai à 22.55 sur France 3 Nouvelle-Aquitaine, le documentaire inédit, Du PACS à la PMA, trente ans de combats pour l’égalité des droits, qui présente le long chemin parcouru par la communauté homosexuelle en France avec notamment des témoignages et analyses pour mieux comprendre la place de cette minorité marginalisée ainsi que la lente évolution des lois.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
homophobie société lgbt+ diversité