REPLAY. Elections départementales 2021 dans les Landes : la gauche en place se présente unie, la droite est divisée

Le département est historiquement acquis au parti socialiste et la gauche. Mais le contexte national pèse un peu plus à chaque élection. La division entre la droite et les centristes, cette fois-ci associés à LREM, peut faire évoluer l'équilibre politique. Débat lundi 7 juin à partir de 23h.

Six candidats pour les départementales 2021 dans les Landes autour de Franck Omer qui anime le débat.
Six candidats pour les départementales 2021 dans les Landes autour de Franck Omer qui anime le débat. © France 3 Aquitaine

C'est un département qui a longtemps été marqué par la touche " Henri Emmanuelli". Le leader socialiste, figure nationale du parti, a laissé une empreinte indéniable. Lors du décès d'Henri Emmanuelli en 2107, Xavier Fortinon, du secteur de Mimizan sur la côte d'Argent, a pris la suite. Et cette année encore, il brigue la présidence du département. 

Xavier Fortinon, président socialiste du conseil départemental des Landes, brigue un second mandat pour ce prochain scrutin.
Xavier Fortinon, président socialiste du conseil départemental des Landes, brigue un second mandat pour ce prochain scrutin. © Département des Landes


Le parti socialiste aura dans ses rangs de candidats le député Boris Vallaud qui part à la conquête du canton Adour Armagnac où il réside, dans le village d'Hontanx.
La partie n'est pas simple car ce secteur est aux mains de la droite.
Pour autant, le PS espère consolider, voire renforcer ses positions en profitant peut-être de la division.


Il détient actuellement 17 sièges, trois reviennent au PC. L'ancrage est donc bien établi avec 20 sièges sur 30. Et pour ce cru 2021, ils font cause commune. "On est arrivé dès le premier tour à faire un rassemblement large des forces de gauche dans ce départememt. En 2015, vous aviez des candidats du Front de gauche ou du parti communiste dans tous les cantons. Cette fois, les 15 binômes sont constitués des binômes de rassemblement de la gauche."

" On n'a pa pu avoir le rassemblement jusqu'au bout, il n'y a pas les Verts ni la France Insoumise, mais globablement, par rapport à la situation de 2015, c'est quand même un changement très très important.  On est les seuls à présenter des candidats dans chaque canton."
assure le socialiste Xavier Fortinon.

L'union n'a donc pas été possible avec les écologistes et la France Insoumise. Avec EELV,  " Je pense qu'on partage la majeure partie des propositions. Mais il y a des pierres d'achoppement"... comme les traditions landaises précise la patron du département. 

Ce qui inquiète le plus le président actuel, c'est le désintérêt qu'il constate pour ce scrutin. Dans un département parmi les plus civiques au rendez-vous des urnes, par tradition.
 

INFOGRAPHIE : résultats des élections départementales dans les Landes - second tour 2015  >
@Christophe Roux

 

INFOGRAPHIE : répartition des sièges, élections départementales dans les Landes - second tour 2015  >
@Christophe Roux

Rien ne va plus entre la droite et les centristes 


Le cru 2021 sera forcément très différent de celui de 2015. Et pour cause : la droite avec Les Républicains fait cavalier seul, sans les centristes. L'alliance de 2015 n'est plus. 
La droite associée aux centristes du Modem avait décroché 10 sièges sous la bannière "CouleursLandes".
Au plan national, le parti de droite, Les Républicains, fait partie de l'opposition au gouvernement.


En toute logique, le patron départemental des LR, Arnaud Tauzin,  n'envisage pas qu'une alliance, au niveau départemental, puisse rassembler Les Républicains et les partis de la majorité présidentielle (Modem ou LREM). Le divorce est consommé et il s'en explique "Il y a eu une clarification il y a un peu plus d'un an, localement, avec des convictions et des valeurs qui ne sont pas celles de la majorité présidentielle. "
"Au niveau du département, on souhaite que toute personne qui bénéficie du RSA donne sept heures d'engagement. On est pour la réhabilitation de la valeur travail qui n'est pas portée par le gouvernement aujourd'hui".


Et puis il y a le jeu purement politique qui a laissé des traces entre les deux alliés d'hier. Par exemple, le souvenir des députés LREM, élus en 2017, et qui venaient des rangs des socialistes, a repoussé les Républicains. " On a envie de sortir de l'ambiguïté, sur le plan départemental. On voit que les candidats du Modem se sont associés avec Lionel Coste qui était vice-président d'Henri Emmanuelli au département." 

Alain Dudon, chef de file des LR pour ce scrutin.
Alain Dudon, chef de file des LR pour ce scrutin. © Droits réservés


Alain Dudon, ancien maire de Biscarrosse, et actuel conseiller départemental, portera l'étendard du parti de droite pour ces élections. Il y aura donc 7 cantons sur 15 qui verront un binôme sous la bannière LR.
"On a visé les cantons où on estime avoir une chance par rapport aux candidats que l'on présente et on assumera en fonction de ce qui doit se passer. " Y compris assumer de ne pas être présent au second tour et dans ce cas quelle sera l'attitude des candidats LR ? "Il se pourrait bien qu'on ne donne pas de consigne de vote". Quitte à faire élire de fait un candidat socialiste. Mais par "cohérence avec le choix du premier tour" assume Alain Dudon. 

Le nouvelle offre politique LREM et le Modem

En toute logique là-aussi, les centristes se rallient à la majorité présidentielle, comme au plan national. Chef de file de cette nouvelle offre politique dans le département, Mathieu Ara. Un Montois, ancien leader des Jeunes avec Juppé. Il est actuellement aux côtés de Geneviève Darrieussecq au Ministère des Armées, c'est un fidèle disciple de l'ancienne maire de Mont-de-Marsan. 
 

Mathieu Ara, chef de file de "CouleursLandes"
Mathieu Ara, chef de file de "CouleursLandes" © Droits réservés


Mathieu Ara s'explique sur cette option de faire cavalier sans les LR, contrairement à 2015. "Ce n'est pas un choix. Nous avons eu une fin de non recevoir de la part du délégué départemental des LR qui ne pouvait en aucune façon dialoguer alors que des LR voulaient dialoguer."
Le chef de file du centre assume en donnant la vision qu'il prête aux LR "Il vaut mieux faire gagner le PS que laisser gagner le centre. "


Cette nouvelle équipe présente des binômes dans 14 cantons.
Pour le quinzième, le canton du Seignanx, "CouleursLandes" version 2021 veut laisser la place disponible pour un binôme étiqueté "divers centre".
Par ailleurs, le tout nouveau maire de droite de Dax, Julien Dubois, part à la bataille. Quant à Geneviève Darrieussecq, secrétaire d'état auprès de la ministre des Armées, et tête de liste aux élections régionales, est aussi de la partie puisque candidate aux départementales.

Affrontement entre actuel et ex RN

Le Rassemblement National, parti de Marine Le Pen, sera moins présent au final dans cette élection, cru 2021. Il présente des candidats dans 10 cantons, alors qu'il était présent sur l'ensemble du département en 2015, soit 15 cantons. Il n'avait, il y a six ans, pas réussi à décrocher un siège. 

De plus, un nouveau venu lui fait de l'ombre et va conduire à des duels entre deux mouvements dans cinq cantons. En effet, le mouvement DINA, Droites Indépendantes Nationales, soutien d'Eric Zemmour pour 2022 à l'élection présidentielle, engage des forces dans la bataille. Sur fond de dissidence... Il est relayé dans les Landes par un certain Christophe Bardin qui n'est autre que l'ancien secrétaire départemental du RN 40.
Aujourd'hui entré en dissidence et pouvant compter sur le soutien de Debout La France de Nicolas Dupont-Aignan. Ce Mouvement DINA qui se présente avec une étiquette divers droite. En 2019, sa présidente l'élue régionale Nathalie Le Guen avait rassemblé quatre anciens du FN de Nouvelle-Aquitaine pour créer un mouvement de droite indépendante.

Voir ou revoir le débat

Débat avant le 1er tour des départementales dans les Landes le 7 juin 2021.

Liste des binômes candidats aux élections départementales dans les Landes Juin 2021

Arrêté préfectoral - Liste des binômes, candidats aux élections départementales dans les Landes Juin 2021 -

 


L'enjeu du grand âge dans les Landes

La dernière action forte de l'ancien homme fort du département Henri Emmanuelli aura été en direction des personnes âgées, et notamment des patients souffrant de la maladie d'Alzheimer. La création du "Village Alzheimer" a un retentissement bien au-delà des Landes. 

Le département à la fois rural et avec une longue partie littorale connaît comme beaucoup le vieillissement de la population, accentué par l'arrivée de retraités et notamment sur la façade atlantique. Le département, qui a donc pour compétence et vocation de prendre en charge les personnes âgées, a donc opté pour un plan d'investissement sur le bien vieillir depuis deux ans.
Il prévoit d'aider au maintien à domicile des personnes âgées et à renforcer la prise en charge dans les EHPAD. Mais pas seulement, il encourage à sa façon les habitats intermédiaires et les résidences intergénérationnelles. 

Dans un EHPAD. Dans les Landes, près de 4700 personnes âgées touchent l'APA dans les EHPAD.
Dans un EHPAD. Dans les Landes, près de 4700 personnes âgées touchent l'APA dans les EHPAD. © Forian Salesse MAXPPP

Les Landes ont fait le choix de subventionner les travaux dans les établissements accueillant les personnes âgées. Ce qui permet de baisser le tarif, il serait parmi les plus bas de France, à environ 60 euros par jour.  
A la lumière de la crise sanitaire, la collectivité départementale a aussi choisi d'améliorer la prise en charge et le travail des soignants en Ehpad, en aidant au recrutement aussi de postes d'accompagnants. 

L'allocation personnalisée à l'autonomie, qui aide les personnes âgées, l'APA concerne 6000 personnes à domicile et  4700 en établissement spécialisé. ( données fournies par le conseil départemental des Landes )

Le département en quelques chiffres >

durée de la vidéo: 01 min 02
Elections départementales dans les Landes

Débats sur France 3

France 3 Aquitaine organise des débats pour les Départementales 2021 :

Pour en savoir plus sur les Départementales 2021 >
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections départementales 2021 politique élections