Des victimes de l'amiante désemparées, à Mimizan dans les Landes. Elles sont obligées de rembourser une partie de leurs indemnités. La cour d'appel de Pau a confirmé la faute inexcusable de leur employeur. Mais fait rarissime, elle a revu à la baisse les montants versés au titre des préjudices.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Stupeur chez les " Amiantés de Mimizan ". L'arrêt de la cour d'Appel de Pau les oblige à rembourser les 3/4 des indemnités perçues au titre de préjudice. Des montants qui vont jusqu'à plusieurs dizaines de milliers d'euros.

Une décision difficile à comprendre et à admettre pour ces malades de l'amiante, produit considéré comme miraculeux à l'époque mais reconnu comme extrêmement dangereux aujourd'hui.

D'autant que la cour d'Appel reconnait la faute inexcusable de l'entreprise. Gascogne Paper ne pouvait ignorer le danger qu'elle faisait courir à ses salariés.

Ils sont morts empoisonnés

La colère et l'écoeurement s'entendent dans la voix de Pierre. Au Bureau des " Amiantés " à Mimizan, il contemple les photos de ceux qui sont morts, rongés par la maladie.
Ce sont aujourd'hui leurs veuves et leurs enfants qui devront rembourser. 200 000€ pour 9 familles.

La seule perspective aujourd'hui est la Cour de Cassation mais la procédure est longue et coûteuse.

Le reportage d'Ingrid Gallou et Laurent Montiel

Des victimes de l'amiante désemparées, à Mimizan dans les Landes. Obligées de rembourser une partie de leurs indemnités. La cour d'appel de Pau a confirmé la faute inexcusable de leur employeur. Mais fait rarissime, elle a revu à la baisse les montants versés au titre des préjudices.