Cet article date de plus de 7 ans

Mont-de-Marsan : la corrida portugaise nocturne avec Léa Vicens

Ce soir, vendredi à 22H, le public des arènes de Plumaçon découvrira la jeune française, star montante de la corrida à cheval.
Léa Vicens, la jeune torera
Léa Vicens, la jeune torera © France3aquitaine
Léa Vicens  a 28 ans, originaire de Nîmes, En 2007, elle part en  Andalousie  pour se consacrer à sa passion. En ce mois de juillet elle se produira dans plusieurs plazas du Sud-ouest.  En septembre prochain, elle prendra son alternative à la feria des Vendanges de Nîmes.

"Ce qui me plaît, c'est torer. C'est cette danse avec le taureau qui m'attire, me séduit et m'envoûte tous les jours."


"J'ai dû partir de zéro. Je me suis un petit peu construite moi-même",

confie la torera à cheval Léa Vicens. La Nîmoise s'entraîne sous l'oeil averti d'une référence, l'ancien torero à cheval Angel Peralta. "Je voulais tellement laisser une trace de tout ce que j'ai vécu à quelqu'un... Et j'ai trouvé Léa. Elle a une très grande connaissance du combat avec le taureau. " Confirmation indirecte de celle qu'Angel Peralta a pris sous son aile. 


Qu'est-ce que la corrida portugaise ?
La course portugaise ou corrida portugaise (tourada) est comme la corrida espagnole, mais elle se fait à cheval, et sans mis à mort

Au Portugal, la mise à mort en public est interdite depuis le XVIIe siècle, en droit depuis 1928 ; de plus, le picador est également interdit. De ce fait, la corrida à pied n'y est que marginale, la corrida à cheval constituant l'essentiel de la tauromachie portugaise. Elle est similaire à son homologue espagnole, qu'elle a d'ailleurs inspirée.

Durant la corrida, trois cavaliers affrontent chacun deux taureaux.
La corrida s'effectue en trois terso par torero.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
fêtes de la madeleine tauromachie