Landes : la Midouze à Mont-de-Marsan atteint son plus haut niveau depuis dix ans

© Maria Laforcade / France 3 Aquitaine
© Maria Laforcade / France 3 Aquitaine

Ce mardi 12 mai, la Midouze a atteint 6,03 m de hauteur à Mont-de-Marsan. Une hauteur que les habitants n’avaient pas connue depuis dix ans. 

Par Julie Chapman

À cause des fortes pluies qui balaient le Sud-ouest depuis plusieurs jours, les rivières sont pleines, et débordent. Le département des Landes a donc été placé en vigilance orange crue par Vigicrue. 

"La crue formée a atteint son maximum ce mardi après-midi à Mont-de-Marsan. Le niveau de la Midouze va continuer à progresser à Tartas, pour atteindre son maximum en fin de journée mercredi", précise la préfecture dans un communiqué. 
© Maria Laforcade / France 3 Aquitaine
© Maria Laforcade / France 3 Aquitaine


Phénomène exceptionnel

Ce mardi, la Midouze, qui traverse Mont-de-Marsan, a gonflé pour atteindre une hauteur de 6,03 m à 10 heures. Son maximum est attendu pour le milieu d’après-midi : elle a atteint 6,35 m. Ce niveau a rarement été atteint, même pendant la tempête Klaus, la Midouze n’avait grimpé que jusqu’à 5,84 m. Une situation exceptionnelle que confirment les riverains, qui ont profité du déconfinement pour observer le phénomène.
© Maria Laforcade / France 3 Aquitaine
© Maria Laforcade / France 3 Aquitaine

Il faut remonter à 1981 pour trouver des hauteurs aussi impressionnantes. "En décembre 1981, l'eau est montée jusqu'à 8,38m de hauteur", souligne Jean-Marc Théate, directeur général adjoint des ressources internes et des services à la population de l'agglomération.

Ce mardi, plusieurs bâtiments étaient menacés d’inondation, comme le Café Music, une salle de concert. Du côté des pompiers des Landes, aucune intervention n’a eu lieu avant 15 h. “Aucun glissement de terrain ni effondrement n’est à prévoir, mais nous restons vigilants quant aux inondations de caves ou de pièces”, précise les sapeurs-pompiers.  Parmi les riverains, certains affirment avoir été témoins de garages inondés et de quelques logements. De son côté, le lavoir, qui se trouve sur le quai a disparu sous les eaux. 
© Maria Laforcade / France 3 Aquitaine
© Maria Laforcade / France 3 Aquitaine

Déconfinement rapide

Si la ville de Mont-de-Marsan est touchée, c’est tout le secteur de Tartas, qui est concerné avec des hauteurs de 3,80m en fin de journée.  Dès dimanche, Mont-de-Marsan Agglomération et la préfecture ont pris des mesures pour prévenir les risques. "Avec la vigilance rouge, nous avons pu déclencher le plan communal de sauvegarde et d'organiser les secours", explique Franck Michaud, directeur général des services techniques de l'agglomération. Le gymnase a été également ouvert en cas de relogement, "mais nous n'en avons finalement pas eu besoin". Les habitants de zones à risque, proche des rives ont été informés par la mairie en amont de l'épisode de crue. 

Les équipes, qui reprenaient du service après le confinement ont donc dû gérer cet épisode de crue tout en appliquant les mesures sanitaires. "C'était un déconfinement rapide, mais nous avons tout fait pour respecter la sécurité des agents tout en agissant rapidement", explique Jean-Marc Théate.
© Maria Laforcade / France 3 Aquitaine
© Maria Laforcade / France 3 Aquitaine
Les zones sensibles ont été fermées à la circulation tout comme le lavoir, certains parkings et rues susceptibles d'être inondées. Mardi 12 mai, les équipes techniques étaient de nouveau mobilisées pour surveiller les berges et les zones susceptibles d'être inondées. "Nous avons également surveillé les ponts sur tout le territoire ainsi que les routes", explique Franck Michaud. La préfète des Landes ainsi que la mairie de Mont-de-Marsan ont appelés leurs habitants à limiter leurs déplacements, et éviter les tronçons inondés.

Après les intempéries, les équipes ont également nettoyé la végétation tombée. Ils ont aussi vérifié les toits des écoles et des lieux de culte. "A# Mont-de-Marsan, la situation n'a pas été si grave. Mais c'est très disparate sur tout le territoire. Nous, 60 mm d'eau sont tombés dimanche.  À Benquet, à quelques kilomètres, ce sont 130 mm qui sont tombés", précise Franck Michaud.
 

En attendant la décrue

La rivière devrait désormais redescendre dans les prochains jours. "Comme la montée, nous regardons la situation de Villeneuve-de-Marsan et Roquefort, situées en amont pour anticiper la nôtre. La Douze et le Midou sont en train de baisser", explique Jean-Marc Théate.

Désormais, les équipes attendent la décrue pour découvrir les éléments, charriés par l'eau. "Le travail intervient aussi après la décrue pour nettoyer ces éléments. Nous attendons également que les terres sèchent pour identifier de potentiels effondrements de terrain", précise Franck Michaud.

Point positif du confinement, les restaurants et bars étant fermés, peu de problèmes d'assainissement sont à recenser. "Il n'y a que le restaurant La Trattoria qui a quelques dégâts matériels", ajoute le directeur général des services techniques de l'agglomération.

Les Landes sous l'eau

Dans le département, trois secteurs ont été particulièrement touchés en Haute-Landes : celui de Luxey où plusieurs maisons ont été inondées, celui de Pissos où une dizaine d'habitations sont touchées et celui de Sore, où les pompiers sont aussi mobilisés pour des actions de pompage. Au total, 85 pompiers, 43 sauveteurs et 80 gendarmes sont mobilisés.

Entre Sore et Argelouse, un hameau d'une dizaine d'habitants s'est retrouvé complètement isolé. "L'eau potable est également coupée. 1500 bouteilles ont été acheminées et les sapeurs-pompiers s'assurent que les personnes soient en sécurité et les réapprovisionnent", précise la préfecture. 28 routes ont également été fermées à la circulation, treize restant sous surveillance. 


 

Sur le même sujet

Les + Lus