Un lycée landais commémore chaque année le 11 novembre en mémoire de ses anciens élèves

Publié le Mis à jour le
Écrit par Cendrine Albo
Une grande plaque commémorative a été installée dans le parc du lycée en mémoire des dizaines d'anciens élèves mort pour la liberté des générations futures
Une grande plaque commémorative a été installée dans le parc du lycée en mémoire des dizaines d'anciens élèves mort pour la liberté des générations futures © J.M.Litvine/F3Aquitaine

L'histoire du lycée Victor Duruy de Mont-de-Marsan est profondément marquée par la Grande Guerre. Nombre de ses enseignants et anciens élèves ont été tués pendant cet effroyable conflit. Une plaque avait été apposée dès 1919 en leur honneur. 

"C'est vrai que ce n'est pas fréquent de voir des plaques commémoratives dans un établissement scolaire" reconnaît Pierre Bollé, le proviseur de l'établissement.

"Cela nous permet de rappeler aux élèves ce qu'il s'est passé et surtout de les alerter sur l'avenir parce qu'il ne faut pas oublier".
 

Mobilisation générale 15 jours après le début des grandes vacances


Le 3 août 1918, deux semaines après la fin des cours, le tocsin sonne. Il est 17 heures.

Tous les hommes de plus de 18 ans sont mobilisés. Ils doivent rejoindre les troupes armées pour aller combattre l'ennemi. 

Certains ont tout juste 18 ans et viennent de sortir du lycée. Ils partent avec de nombreux anciens de Victor Duruy. Sans oublier les enseignants.

"Le bilan des quatre années de guerre c'est 300 000 morts, 400 000 blessés, je ne sais pas si vous vous rendez-compte" dit à ses élèves un des professeurs d'histoire du lycée, Cyril Delmas-Marsalet.

L'an dernier, pour le centenaire de la fin de la guerre, il a édité un livre avec son collègue Jacques Cadilhon, professeur d’arts plastiques.
 

A l'aide de lettres, documents, archives, témoignages, ils ont retracé les destins des anciens du lycée, dont plus de 150 sont morts au combat, des suites de leurs blessures ou après avoir été intoxiqués par les gaz lancés dans les tranchées.
 

Une mémoire active pour les jeunes générations


L'établissement, qui sera transformé pendant deux ans en hôpital militaire, est resté profondément marqué par cette première guerre mondiale particulièrement effroyable.

"Il a fallu faire cohabiter les élèves, les professeurs, les infirmiers, les blessés". "Il n'y avait pas assez de place pour assurer tous les cours". "Toute la literie de l'internat avait été mise à disposition et on allongeait aussi les estropiés sur d'épaisses couches de paille fraîche" peut-on lire sur la partie "Histoire" du site du lycée

Au lendemain de la fin de la guerre, en 1919, quatre plaques commémoratives sont commandées à un sculpteur landais.

Les dizaines de noms des anciens élèves morts pour la patrie y sont gravés dans le marbre.
 


Ce sont ces plaques qui sont aujourd'hui mises en évidence dans le parc.

Chaque 12 novembre, outre le travail de mémoire en classe, une cérémonie officielle est organisée en présence des 950 élèves, des autorités civiles, militaires et des anciens combattants. 

Un évènement que les différents proviseurs ont souhaité péréniser en accord avec la ville de Mont-de-Marsan.

Dans le reportage qui suit Patrick Pannier et Jean-Michel Litvine sont allés à la rencontre du proviseur et de la classe de seconde du professeur d'histoire, auteur de l'ouvrage sur la Grande Guerre. Interviennent : 1:Pierre Bollé, proviseur, 2 et 3/Louis Crosby et Lysea Radelle , élèves de seconde, 4/Cyril Delmas-Marsalet, professeur d'histoire.
 
Un lycée landais commémore le 11 nov en mémoire de ses anciens élèves




 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.