Vols dans les cimetières à Mont-de-Marsan : "quand on vient se recueillir, il manque plein de choses. On a déjà eu assez de peine quand même"

Certains habitants de la commune landaise de Mont-de-Marsan sont excédés par les vols dans les cimetières. Face à l'augmentation des délits, la mairie vient d'y renforcer la sécurité. De nouveaux horaires sont mis en place.

Les témoignages sur les réseaux sociaux sont édifiants. Plusieurs habitants de Mont-de-Marsan ont subi des vols sur les tombes de leur proche. Cela concerne des fleurs ou des objets funéraires.

"Il y a eu deux vols sur mon caveau", raconte Chris. Ils sont nombreux à se plaindre d'incivilités. "Dès que l'on met de nouvelles choses, c'est très vite volé", rapporte Nathalie. "Quand on vient se recueillir, il manque des plantes. On a déjà eu assez de peine". D'autres sont épargnés par ce phénomène. C'est le cas de Béatrice. "Au cimetière du Péglé, il n'y a jamais de problème, ni de vol pour ma part", assure cette dernière.

La mairie prend des mesures

Face aux délits qui se multiplient, la mairie a décidé de renforcer la sécurité. Les portails des cimetières sont désormais fermés à clé et de nouveaux horaires mis en place pour y accéder. 

Les mesures s'appliquent depuis ce lundi.  "La police municipale va passer en fin de service dans les cimetières pour vérifier. On n'en est pas encore à la vidéo surveillance, mais on veut, par ces mesures, dissuader les éventuels voleurs", souligne le maire de Mont-de-Marsan, Charles Dayot. 

L'élu se veut tout de même rassurant pour sa population. "Il y a eu quelques plaintes, pas beaucoup plus qu'avant quand même. Mais dès que les tombes fleurissent, ça revient"

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité