Le boeuf n'a plus la "côte" !

Publié le Mis à jour le

Selon une étude de la Fondation GoodPlanet plus d'un français sur deux dit avoir diminué sa consommation de viande. La viande de boeuf notamment est celle qui semble être devenue la moins séduisante pour les Français.

Aujourd'hui le journaliste Yann Arthus-Bertrand président de la Fondation GoodPlanet a remis au Conseil Economique, Social et Environnemental une étude expliquant le soudain désamour des Français pour la viande.

Selon l'étude, 56% des Français disent aujourd'hui avoir diminué leur consommation de viande. 3% déclarent l'avoir augmentée. 

Même si aujourd'hui encore les Français consomment chaque année 55kg de viande par personne, soit bien plus du double que les apports de protéines recommandés (22kg/an/personne pour un homme pesant 75kg), la consommation de viande baisse depuis la fin des années 90.

La raison principale à la baisse de la consommation est basiquement économique. Les français mangent moins de viande car celle ci leur parait trop chère. Le porc et le poulet qui sont les viandes les moins chères n'enregistrent d'ailleurs aucune baisse de leur consommation. C'est la viande de boeuf qui paye le plus lourd tribut à cette baisse de consommation.

Le prix de la viande est un frein à la consommation pour 46% des personnes interrogées, les scandales alimentaires le sont pour 26% des personnes interrogées, le bien être animal est la raison majeure pour 35% des sondés. 

Le récent scandale de l'abattoir d'Alès révélé par l'association L214  pourrait aider les plus réticents à glisser dans le camp des végétariens qui sont pour le moment 4% en France.

La solution pour les éleveurs est de miser sur la qualité. Les Français sondés expliquent manger moins de viande mais de la viande de meilleure qualité. Ils recherchent des informations sur les modes d'élevages ou la région de production. Le boeuf limousin élevé en plein air a donc une chance de rester le roi de l'assiette de l'épicurien si son producteur se démarque par la qualité.

A noter que la baisse de la consommation de viande est une bonne nouvelle pour l'environnement. L'élevage est responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre et de 80 % de la déforestation en Amazonie. 

Le 5e rapport du GIEC recommande une diminution importante de la consommation de viande. Ce serait aussi efficace que de diviser par deux le parc automobile mondial. L'élevage et la consommation de viande seront sans doute au programme de la COP21.