Dans le Limousin, la surveillance des chevaux se durcit face aux multiples attaques

Les gendarmes du Limousin poursuivent leur travail contre les mutilations des équidés qui ont lieu partout en France depuis quelques mois : des opérations coup de poing, des surveillances par hélicoptère ainsi que des réunions d'information sont organisées.

Illustration. Les gendarmes de Corrèze et de Haute-Vienne ont effectué des patrouilles nocturnes dans la nuit du mardi 29 au mercredi 30 septembre.
Illustration. Les gendarmes de Corrèze et de Haute-Vienne ont effectué des patrouilles nocturnes dans la nuit du mardi 29 au mercredi 30 septembre. © E.Pollet/MaxPPP
La surveillance des équidés redouble d'intensité dans le Limousin. Du moins, à en croire les dernières actualités des groupements de gendarmerie en Corrèze ou dans la haute-Vienne. Dans la nuit du mardi 29 au mercredi 30 septembre, les gendarmes de ces deux départements ont survolé par hélicoptère des lieux de détention d'équidés déclarés. Le but de l'opération : prévenir les attaques sur les chevaux.

Depuis quelques mois, ces derniers sont victimes de nombreuses mutilations. Oreilles découpées, énucléations, membres prélevés... Depuis janvier 2020, environ 43 cas ont été avérés. Dans le Limousin, la dernière attaque remonterait au 3 septembre dernier : un cheval a été retrouvé mutilé à Arnac-la-Poste, en Haute-Vienne.
 

Des patrouilles de nuit et des rondes d'hélicoptères

Un hélicoptère avec des gendarmes munis de jumelles de vision nocturne et un "phare" capable d'éclairer un stade de foot à 300 mètres d'altitude. Le tout en communication avec des patrouilles au sol de la gendarmerie de la Corrèze. Les moyens étaient importants pour cette "action coup de poing" menée entre le mardi 29 et le mercredi 30 septembre. Si elle n'a pas porté ses fruits, elle peut toutefois avoir des effets de dissuasion.
 Au cours de la même nuit, les gendarmes de la Haute-Vienne se sont également mis en selle. Un hélicoptère et des patrouilles au sol ont essayé d'intercepter des individus malintentionnés près de chevaux : "Un véhicule et une personne avec une lampe (...) ont été repérés par l'équipage de l'hélicoptère de la gendarmerie qui a pu orienter les patrouilles terrestres, lesquelles ont procédé à l'interception. Après contrôle du véhicule et de ses occupants : rien de suspect ni de répréhensible. Au final : il s'agissait d'un simple rendez-vous galant", précise la gendarmerie de Haute-Vienne.

Il convient d'éviter toute méprise, car à proximité des parcs à chevaux, peuvent circuler des personnes sans intention malveillante.

Gendarmerie de Haute-Vienne

Des réunions d'informations en Haute-Vienne

Des rendez-vous sont organisés par la gendarmerie et "les propriétaires de chevaux sont très cordialement invités et incités à participer à ces réunions publiques". Ces réunions font partie intégrante de cette lutte "coup de poing" et ont plusieurs objectifs :

Trois réunions sont organisées dans les semaines à venir :
Participation aux réunions d'informations
Pour participer à ces réunions publiques, il faut signaler au préalable sa présence par mail (48 heures avant chaque séance) à l'adresse suivante : bspp.do.rglim@gendarmerie.interieur.gouv.fr.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cheval animaux nature faits divers