nouvelle
aquitaine
Choisir une région

Loin d’être dépénalisée dans le monde entier, l’homosexualité reste encore un sujet tabou. Si en Europe, la majorité des pays a légalisé le mariage homosexuel, ne pas être hétérosexuel reste encore un crime dans de nombreux pays. LGBT+, La parole libérée propose une série de portraits intimes de la communauté lesbienne, gay, bisexuelle, transgenre et +.

 

Être LGBT : le droit de vivre sa sexualité et son identité librement

Il y a 50 ans avait lieu les émeutes au Stonewall Inn (dans le quartier de Greenwich Village) à New York et elles furent à l'origine du mouvement LGBT. Aujourd'hui, les personnnes gays, lesbiennes, bisexuels et transgenres sont toujours stigmatisées partout dans le monde, et légalité des droits est loin d’être acquise.

Jean-Claude Cheyssial auteur et réalisateur de LGBT+. La parole libérée, vous propose une série documentaire de dix portraits sur les communautés : Lesbiennes, Gays, Bisexuelles Transgenres, et +.
Pour refléter le caractère multiforme de cette identité, sa diversité, les thèmes abordés sont particulièrement variés. 

A travers ces portraits, dits « de genre », il s’agit d’une réflexion sur l’humain et non spécifiquement sur la sexualité.

 

© Droits réservés
© Droits réservés

Les personnages de la série

Jeanne, après un mariage et trois enfants dans le genre masculin décide d’accepter son écho intérieur en commençant une transition à soixante ans - Cyril, trouve sa vocation militante, spirituelle et artistique en devenant Soeur de la Perpétuelle Indulgence - Charlotte, quatre enfants, supplie à cinquante ans qu’on la laisse vivre ses choix profonds en entamant une transformation identitaire - Arnaud, vient de se marier en robe avec son mari à la mairie de Bordeaux - Léa, depuis bientôt quinze ans vit au féminin ce qu’elle n’a jamais cessé d’être secrètement depuis toute petite - Azur, assigné de sexe féminin à la naissance, commence à dix neuf ans un protocole qui le projette dans le genre avec lequel il se sent en osmose depuis sa proche enfance - Marie ne rencontre pas un genre en particulier mais des personnalités qui la séduisent.

S'il y a encore du chemin à parcourir, ces témoins souhaitent toutes et tous transmettre leurs expériences. Ils racontent que parfois, il en faut peu pour retrouver une lueur d’espoir.


 

Serge : 25 ans - chef de rang dans un restaurant sélect de bordeaux

© Droits réservés
© Droits réservés

 Je suis gay, et je l'ai assumé très tôt, à 15 ans

Congolais, né de signe masculin, son père décéde très jeune et sa mère se remarie. Il est élevé par son oncle. Serge découvre son homosexualité à l'école, il essaye de modifier cette "déviance" dans la prière avec la bénédiction des pères de la mission catholique de Kinshasa. Malgré cela il ne peut ignorer son identité profonde, il est gay. Son oncle le livre aux autorités Congolaises où il est fouetté tous les jours pendant 6 mois.

 

 

LGBT+ La parole libérée #1 : Serge

 

 

 

 

 

Ludovic : 35 ans - Réunionnais (père réunionnais, mère grecque)

© Droits réservés
© Droits réservés

Je suis gay, et je l'ai assumé très tôt (...) je suis comme ça, ce n'est pas un choix.

A la fin de son adolescence, il monte en France avec l’accord de son père qui l’accompagne et avec lequel il a parlé de son homosexualité.
Il déclare son Coming Out, finit ses études avant d’intégrer différents groupes de communication. En 2013, il rentre chez le groupe Orange et en 2017 il s’investit entièrement à titre bénévole pour la cause Gay à travers « Mobilisnoo ».


 

LGBT+ La parole libérée #2 : Ludovic

 

 

 

 

 

Léa : 53 ans - Ingénieur au Centre d’études Scientifiques et Techniques d’Aquitaine (CESTA)

© Droits réservés
© Droits réservés

 Je suis quelqu’un de différent, différent de ce que vous connaissez de moi

Née de sexe masculin, marié, père de famille d’une fille de dix huit ans. Léa commence une transition avec un protocole sur plusieurs années, transition qui sera achevée en 2005/2006.
Vice-présidente de l’association « Mutatis » aidant les trans-identitaires qui souhaitaient aller jusqu’à l’opération. Association aujourd’hui dissoute et remplacée par « Trans 3.0 ».
Dotée d’un charisme important, Léa livre avec pudeur et sincérité son parcours identitaire.
Elle raconte son histoire depuis qu’elle s’aperçoit qu’elle est atteinte du syndrome de Benjamin ou dysphorie du genre.


 

LGBT+ La parole libérée #3 : Léa

 

 

 

 

 

 

Cyril : 46 ans – Cognaçais d’origine – Travaille comme ouvreur /comédien - metteur en scène à La Lucarne

© Droits réservés
© Droits réservés

Mon ouverture sur les autres est due à différents facteurs

Cyril né de sexe masculin est bisexuel dans son adolescence avant de devenir définitivement gay. A un moment donné de sa vie, Cyril découvre les Soeurs de la Perpétuelle Indulgence. Les soeurs sont nées à San Francisco le samedi de Pâques 1979 d'un groupe de militants homosexuels.
Cyril va écrire une lettre de motivation, puis passer trois années en tant que postulante, avant d’entamer le noviciat pour devenir soeur ou aspirante, Haut de cuisse (équivalent de garde suisse). Très actif dans son couvent tant au niveau des maraudes que des évènements du monde LGBT+, Cyril se définit comme un passeur dans cet univers particulier où tous les genres sont acceptés y compris celui des hétérosexuels.


 

LGBT+ La parole libérée #4 : Cyril

 

 

 

 

 

 

 

Charlotte : 49 ans - Cadre à la Poste de Mériadeck (Bordeaux)

© Droits réservés
© Droits réservés

Mon corps ne correspondait pas à ce que j’étais

Née de signe masculin - Père identitaire de quatre enfants (3 garçons et une fille, de 12 à 20 ans) - Charlotte se sent de sexe féminin depuis l’âge de six ans.
Elle commence une transition à 48 ans, toujours en cours actuellement. Elle intègre le programme transgender 2018 (arrêt de la testostérone et prise d’hormone 2019).
Charlotte découvre le Girofard et Trans 3.0 avec Jeanne qui l’aide dans sa démarche médicale et la soutient psychologiquement lors des épreuves difficiles du protocole ainsi que dans son milieu professionnel.

 

LGBT+ La parole libérée #5 : Charlotte

 

 

 

 

 

 

 

Azur : 19 ans - Etudiant à l’école privée de stylisme, Bordeaux

© Droits réservés
© Droits réservés

J’ai mis beaucoup de temps avant de m’accepter

Né de signe féminin avant de commencer une recherche sur l’identité et la binarité. Azur part en vacances avec sa mère et ses frères au japon où elle découvre la culture nippone qui l’attire énormément. Pour s’éloigner de sa famille, elle décide de repartir à seize ans au Japon, seul(e), intégrer un lycée japonais de filles sans connaître la langue. Azur finit par être accepté comme non féminine par ses ami(e)s à l’extérieur du lycée. Il fait son Coming Out au Japon avant de rentrer. Début du protocole en 2019 avec l'administration de la testostérone qui va progressivement modifier la voix, et le corps d‘Azur.
Azur parle assez facilement de son vécu familial et personnel qui l’amène aujourd’hui à commencer une transition.

 

 

LGBT+ La parole libérée #6 : Azur

 

 

 

 

 

 

Jean-Christophe : 51 ans - Avec son compagnon Philippe, il est un des cofondateurs du Girofard

 

© Droits réservés
© Droits réservés

Et pourtant, j'ai eu besoin de vivre très tôt ma vie en parallèle, loin de ce doux cocon.

Arrivé dans le bordelais, il y a une trentaine d'années, Jean-Christophe rencontre Philippe deux ans plus tard et depuis ils vivent ensemble partageant le temps en militant pour le droit des LGBT. Aujourd'hui, il siège à la commission sur les discriminations à la mairie de Bordeaux.
Il est également chanteur dans une chorale d'hommes : Gaité de choeur.

 

LGBT+ La parole libérée #7 : Jean-Christophe

 

 

Arnaud : 35 ans - Sociologue - Université de Bordeaux. Enseigne les questions de genre et de discriminations.

© Droits réservés
© Droits réservés

Je suis en couple avec un homme, marié à lui depuis deux ans maintenant.

Arnaud, 35 ans est homosexuel et marié à un homme. Sociologue, il intervient régulièrement à la mairie de Bordeaux sur les questions de genre. Il est également penseur et théoricien autour de la pensée du genre.
 
LGBT+ La parole libérée #8 : Arnaud


 

Marie : 27 ans - Master en coordination de projets - Travaille au Planning familial de la Gironde

© Droits réservés
© Droits réservés

27 ans ça fait peu mais en 27 ans j’en ai fait des choses.

Marie est bisexuelle et mariée à une femme.
Enfance heureuse, adolescence en effervescence, puis elle bouge de Bayonne à Bordeaux. Elle voyage en amours bisexuelles en fonction de ses rencontres, reprend ses études et réamorce un parcours militant interrompu : Aides - VIH et Genre 
Aujourd'hui, Marie est présidente du GIROFARD, plateforme associative des différentes associations LGBT+ de la Nouvelle-Aquitaine.
 
LGBT+ La parole libérée #9 : Marie


 

Tous les derniers jeudis du mois, retrouvez un nouveau témoignage à partir de 20h45 sur .3NoA


 

© Sharon McCutcheon - Pexels
© Sharon McCutcheon - Pexels

 

 

 

Que signifie LGBT+ ?

LGBT est l’acronyme de Lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres. On y ajoute aussi un symbole + pour englober toutes les identités sexuelles. Les personnes asexuelles, queer ou pansexuelles sont également inclues dans le mouvement LGBT+.


Combattre les préjugés 

Depuis 1982, l’homosexualité n’est plus un délit en France. Depuis 1993, l’homosexualité n’est plus une pathologie mentale. Depuis 1999, les couples de même sexe peuvent s’unir par un Pacte Civil de Solidarité. Depuis 2013, le mariage homosexuel est autorisé en France. Pourtant, en 2018, les agressions homophobes ont connu une hausse de 15 % . En 2019, on recense une agression homophobe tous les trois jours en France.

Observatoire des LGBTPHOBIES : états des lieux 2019

 
 

© .3NoA
© .3NoA