• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

A Agen, Emmanuel Macron se prépare à présenter sa “refondation pénale”

Emmanuel Macron entouré de la directrice de l'ENAP Sophie Bluet et la ministre de la Justice Nicole Belloubet / © France 3 Aquitaine
Emmanuel Macron entouré de la directrice de l'ENAP Sophie Bluet et la ministre de la Justice Nicole Belloubet / © France 3 Aquitaine

Le président de la République Emmanuel Macron était en déplacement à Agen ce mardi. Un déplacement qui incluait un déplacement à l'ENAP, l'école nationale d'administration, avant les annonces sur la refondation pénale.

Par Maïté Koda

Après une visite des lieux, le président Emmanuel Macron, accompagné de la ministre de la Justice Nicole Belloubet a rencontré des élèves surveillants, appelés demain à exercer dans les différents établissements pénitentiaires français.
 

Suivez en direct les annonces du président de la République

 




Recrutements massifs à l'ENAP

L'occasion pour Sophie Bleuet, directrice de l'Enap de présenter les projets d'extension de son école, qui héberge près de 1 400 élèves et ses infrastructures.
 
"Avec les recrutements massifs de personnel pénitentiaire, on commence à être à l'étroit. On a été contraint de doubler les chambres qui étaient toutes conçues comme des chambres individuelles pour pouvoir pallier l'urgence des recrutements dont on ne va pas se plaindre évidemment".
 

Développer les peines alternatives

Le déplacement du président de la République à Agen est surtout l'occasion pour ce dernier de présenter les principes de la refondation pénale lors d'un discours prévu ce mardi à 17 heures.
Reprenant un des engagements forts de sa campagne, Emmanuel Macron a déjà annoncé ces derniers mois vouloir à la fois qu'une peine de prison prononcée soit réellement exécutée et développer de manière "massive" les peines alternatives. Comme une troisième voie entre une gauche taxée de "laxisme" et une droite dite "répressive".
 
 
 
"Nous préconisons la création d'une agence nationale des Travaux d'intérêt général (TIG) pour assurer la coordination d'ensemble et la fluidité du système, a précisé Didier Paris, député LREM de Côte d'Or et rapporteur de la mission sur les peines alternatives à la prison.
 "Cette agence s'appuiera sur les 103 services pénitentiaires d'insertion et de probation. Elle utilisera la force d'une plateforme numérique".
 

Ouverture des travaux d'intérêt général au secteur privé

Didier Paris a établit 40 propositions d'évolution numériques pour améliorer les TIG. "Nous préconisions l'ouverture des TIG au secteur privé et que ces TIG soient présents à tous les stades du parcours pénal, en présentenciel, au moment de la condamnation et après, soit en tant que peine autonome soit en le cumulant avec les autres peines qui sont en préparation".
 
Voir l'interview de Didier Paris, député LREM de Côte d'Or

 
Didier Paris rapporteur de la mission sur les peines alternatives à la prison

 
Avec un taux d'occupation de 200% en région parisienne et de 120% au niveau national, la France figure parmi les pires élèves d'Europe.
Au 1er janvier 2018, 68.974 détenus s'entassaient dans 59.765 places

Sur le même sujet

Didier Bily, champion de France de 50 m handisport

Les + Lus