Agen : l'extension de l'Enap actée par la ministre de la Justice

Publié le Mis à jour le
Écrit par Maïté Koda
© France 3

La ministre de la Justice Nicole Belloubet a confirmé l'extension de l'Ecole nationale d'administration pénitentiaire dans une réponse adressée au député Michel Lauzzana. Une "bonne nouvelle intermédiaire", estime le maire d'Agen Jean Dionis du Séjour.

C'est en commission à l'Assemblée que la ministre de la Justice a donné la bonne nouvelle tant attendue à Agen : l' ENAP, l'école nationale d'administration pénitentiaire sera bien aggrandie. Nicole Belloubet répondait à une question du député LREM d'Agen-Nérac Michel Lauzzana.
 
##fr3r_https_disabled##



Un projet au long cours

L'extension de l'école de 50%, devrait permettre d'accueillir 1 500 élèves contre un millier aujourd'hui, une belle victoire pour les élus de la commune et du département mobilisés depuis de longs mois.
En octobre 2016, c'est le ministre de la Justice du gouvernement Valls, Jean-Jacques Urvoas qui avait le premier considéré ce projet comme une "option naturelle".
Mais entre temps d'autres sites, et notamment celui de Châlon-en-Champagne, dans la Marne, avaient été évoquées.
 
"Nous avons déjà parcouru un long chemin, mais il nous en reste beaucoup", reconnaît le maire d'Agen Jean Dionis du Séjour. S'il se dit ravi de cette "bonne nouvelle intermédiaire", et remercie l'ensemble des élus impliqués dans le dossier, il préfère rester prudent.


Nous sabrerons le champagne lorsque nous verrons les grues à Agen

 

Au-delà de l'engagement de la ministre, le maire ne dispose à ce jour ni de calendrier, ni de financements. "C'est un énorme chantier, à 35 millions d'euros", rappelle-t-il. Notre ville accueillera 500 personnes de plus, c'est très important pour nous. L'enjeu pour Agen est énorme ", insiste-t-il.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.