Lac de Caussade : les opposants sont confiants

Publié le Mis à jour le
Écrit par Maïté Koda avec Candice Olivari

 Le rapporteur public a demandé ce jeudi 14 mars au tribunal administratif de Bordeaux le rejet de la requête de la chambre d’agriculture, qui souhaitait revenir sur l'arrêté interdisant les travaux du lac de Caussade dans le Lot-et-Garonne. La décision a été mise en délibéré. 
 

Que va décider le tribunal administratif de Bordeaux ? Le chantier du Lac de Caussade est-il considéré comme illégal ? Ce jeudi, devant  le tribunal administratif de Bordeaux, se jouait une nouvelle étape dans la saga opposant  la chambre d'agriculture du Lot-et-Garonne, aux associations de défense de l'environnement comme la Sepanso et France Nature environnement. 
 

Changements climatiques

La décision a été mise en délibéré, alors que le rapporteur public a demandé au tribunal de rejetter la requête de la Chambre d'agriculture. Cette dernière souhait revenir sur l'arrêté annulant l'autorisation de la retenue d'eau. Le rapporteur s'est notamment inquiété des conséquences des changements climatiques et s'est interrogé sur la capacité de remplir cette retenue alors que l'eau se fait de plus en plus rare.


 
Un argument auquel adhèrent les opposants au projet, notamment la Sepanso et France Nature environnement, soutenus par le ministère de La Transition énergétique.

"Il y a un problème de manque d'eau et de ressources sur toute la région. A quoi ca sert de faire de nouvelles retenues qui ne seront pas remplies", s'insurge Michel Dubromel, président de France Nature environnement et présent au tribunal.

 

La bonne voie, c'est d'aider les agriculteurs à aller vers une agriculture responsable


"Les élus locaux défendent notre projet, toute la profession agricole également, se défend Laurent Magot, directeur de la chambre d'agriculture du département .  Aucune association locale n'est contre ce projet. "

La nouvelle de la position du rapporteur public a été saluée ce jeudi par les opposants au projet.
 
Pour le président de la Sepanso Aquitaine, Philippe Barbedienne, "l'eau est un bien collectif, il n'y aucune raison pour qu'une catégorie se l'approprie".
Selon lui, le lac de Caussade, "construit contre les lois de la société", est "inutile car il y déjà plus de 700 retenues dans ce bassin-versant". "Il faut changer les pratiques agricoles: les barrages ne sont pas la solution du XXIe siècle"a-il précisé. 

 

Autorisation suivie d'une annulation de l'autorisation

Alors que dans un premier temps, l'Etat avait autorisé la création de cette retenue d'eau, la préfete du département Patricia Willaert l'a fait annuler, sur injonction du ministère de l'Ecologie, alors que les travaux de ce lac artificiel de 920 000 mètres cubes étaient déjà bien avancés.

   

Travaux illégaux

Depuis l'annulation en octobre, les membres de la chambre d'agriculture, favorables ont projet, ont quant à eux décidé, en toute illégalité, de poursuivre, sans autorisation, les travaux d'aménagement. 

Une situation ubuesque qui a ammené les gendarmes à intervenir au petit matin sur le chantier le 23 janvier. Ils ont alors été accueillis par près de 300 agriculteurs et n'ont pu intervenir.
 

Depuis, les travaux se sont poursuivis, toujours sans autorisation.