"On est trop loin de tout" : en milieu rural, les commerçants cumulent les difficultés

Loin des grands axes mais essentiels à la vie des communes, les commerces et restaurants implantés au cœur des villages ruraux sont toujours en difficulté. Certains d'entre eux cherchent un repreneur ou sont contraints de mettre la clé sous la porte. Exemple dans le Lot-et-Garonne.

Dans l'épicerie d'Hélène Escuraing, on se succède au comptoir. A certains, il faut des piles, un journal, un pack d'eau. A d'autres, un colis à récupérer, un recommandé à poster. Un petit commerce à tout faire au bord de la départementale qui traverse la commune de Lamontjoie dans le Lot-et-Garonne. Il pourrait bientôt disparaître d'ici la fin de l'année, si l'épicerie ne retrouve pas preneur.

Car Hélène tient la boutique depuis trente-neuf ans, aujourd'hui fatiguée du temps passé : "On est ouvert du lundi au dimanche matin. Je n'ai plus la pêche."

Des commerces essentiels

Unique petit commerce du centre-ville, l'épicerie, qui fait également poste, relais colis et librairie est un passage obligé pour les habitants de la commune. Michelle Réaud vit à Lamontjoie depuis vingt-sept ans, "vingt-sept ans que je viens ici. Sans ça on devrait faire plusieurs kilomètres pour avoir du pain ou le journal."

Essentiel également pour les communes alentours, dépourvues d'un tel point de vente. "Le potentiel de ce commerce dépasse les seuls 1 000 habitants du village", assure le maire, Pascal Boutan. D'autant que la petite commune attire de plus en plus de jeunes et des salariés en transit pour la journée. "C'est un service diversifié, qui apporte quotidiennement."

C'est pour ces petits moments du quotidien, au contact de la clientèle, qu'Hélène Escuraing a tenu aussi longtemps. A quelques kilomètres de sa boutique, la passion guide également Laurent Essner dans ses cuisines. Restaurateur depuis toujours, passé par la Nouvelle-Calédonie et la Nouvelle-Zélande, il a atterri ici à Nomdieu grâce à l'opération SOS Village lancée par TF1. Tout un symbole. "C'est exceptionnel d'avoir un tel restaurant ici", lance un des clients, attablé pour le déjeuner.

Contraints à la fermeture

Ouvert il y a deux ans, le restaurant, situé dans ce petit village de 250 habitants devait insuffler un nouveau souffle à Nomdieu. Ses gérants payent aujourd'hui les conséquences de sa localisation : "On est trop loin de tout. La réputation est là, mais aujourd'hui on ne vit pas, on survit", regrette Laurent Essner. L'affluence n'a jamais été assez grande pour que le restaurant perdure et les restaurateurs ne se sortent plus de salaires. Il va fermer ses portes d'ici quelques semaines. Comme une centaine de restaurants l'année dernière dans le département, selon l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie. Un établissement sur quatre a déposé le bilan.

 

Malgré tout, Laurent Essner se raccroche à cette expérience, plutôt qu'aux regrets, en espérant pouvoir retrouver une autre affaire. Quant à Hélène Escuraing, elle souhaite passer le flambeau pour éviter que son commerce ne disparaisse : J’ai donné toute mon âme et mon cœur là-dedans donc j’aimerais bien que ça perdure."

C'est un vrai déchirement, mais on veut relever le défi.

Pascal Boutan

Maire de Lamontjoie (Lot-et-Garonne)

Le maire de Lamontjoie est lucide, retrouver quelqu'un "ne sera pas une mince affaire." Le milieu rural est un réel frein à l'installation, mais le conseil municipal se mobilise déjà pour attirer un repreneur. "Nous étudierons s'il le faut la possibilité de mettre à disposition un logement pour la personne et l'aiderons financièrement avec l'appui de la communauté de communes, du département et de la région."

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité