La crainte des Pompes funèbres : « Parfois, on soupçonne des cas de coronavirus »

Dans la région de Fumel, dans l'est du Lot-et-Garonne, aucun cas n’a été officiellement déclaré. Pourtant, au sein de l’entreprise familiale de pompes funèbres Gracia et fils, on observe une augmentation des décès chez les personnes âgées.

© Vincent Voegtlin /PHOTOPQR/L'ALSACE/MAXPPP
La hausse est allée crescendo mais depuis le week-end dernier, le rythme s’est accéléré. Des décès à domicile constatés par le médecin de famille, en milieu hospitalier, ou encore en EHPAD.
Heureusement, pas encore de situation critique comme dans certains EHPAD de l’Est de la France avec plusieurs décès dans une même unité. Mais à chaque fois des personnes d’un certain âge, fragilisées et frappées d’une ou  plusieurs pathologies.

On est vigilant, on se base sur les certificats de décès du médecin mais on se pose des questions. Il y a eu des fois où j’ai soupçonné des cas de COVID-19.
Stéphanie GRACIA, pompes funèbres Gracia et fils


Comme ce jour où l’entreprise est appelée pour aller chercher une défunte à des kilomètres de là. Un cas suspect qui nécessitera un prélèvement, finalement négatif.

On a tous compris que les tests étaient rares. On ne teste pas les défunts mais cela nous place dans une situation de stress.
 

Les images qui nous viennent d’Italie, d’Espagne ou de Chine nous montrent en effet des agents des pompes funèbres suréquipés, en combinaisons et portant lunettes et masques.

"Ici, nous dit-elle, pas de consigne officielle des autorités à ce sujet. "
Stéphanie a par chance mis la main sur des masques stockés dans son arrière-boutique datant du SRAS... périmés. Elle le sait, sa profession figure parmi les plus exposées. 
Alors, tous ont du s’adapter... à contre cœur.

On reste à distance des familles mais cela nous chagrine. On passe moins de temps qu’avant avec eux pour les protéger et nous protéger.

Mais difficile de compter son temps dans ces moments-là. Et aujourd’hui, c’est pour les proches des défunts que Stephanie s’inquiète.

Avec les règles liées au confinement, les cérémonies durent moins longtemps et se déroulent dans la plus stricte intimité. C’est encore plus triste. Nos garçons sont intervenus dans plusieurs cérémonies où il n’y avait que trois personnes dans l’église.
 

Rester serein malgré la menace et accompagner au mieux les familles, tout en se protégeant. Les professionnels du funéraires partent-eux aussi sur le  front du Coronavirus… inquiets et le coeur gros.

D’après le dernier bilan des autorités ce soir, 75 cas de coronavirus sont officiellement déclarés en Lot-et-Garonne. Parmi-eux, 17 sont hospitalisés dont un en réanimation.
On apprend aujourd’hui la mort d’un homme de 83 ans, le premier décès lié au virus dans le département. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société