REPLAY. Débat des élections départementales en Lot-et-Garonne : la majorité de gauche face à l'union des droites

La majorité sortante, de gauche, devra affronter l'union des droites, qui rêve de reprendre le département, mais aussi le RN qui n'exclut pas une alliance avec Serge Bousquet-Cassagne. Des élections dans un territoire où la pauvreté gagne du terrain. 

Débat avant le premier tour des élections départementales dans le Lot-et-Garonne - 14 juin 2021
Débat avant le premier tour des élections départementales dans le Lot-et-Garonne - 14 juin 2021 © France 3 Aquitaine

Le Lot-et-Garonne contre l'Etat français. En janvier, le département le plus pauvre d'Aquitaine a annoncé intenter une action en justice contre l'Etat, afin de le contraindre à honorer sa parole et compenser les surcoûts liés aux revalorisations du RSA. Une action collective, menée de front avec 16 autres départements. 

Un département plus pauvre que la moyenne régionale

Le versement du Revenu de solidarité active est l'une des missions des départements. 
Mais alors que cette prestation sociale a été revalorisée à plusieurs reprises, et que le nombre de bénéficiaires augmente, les collectivités ont du mal à faire face. Elles demandent à l'Etat de compenser ces hausses successives. 
Il faut dire qu'en Lot-et-Garonne, l'addition est salée : en 2020, les demandes de RSA ont augmenté de près de 7 % sur l'année. Ce qui contraint le département, présidé par la socialiste Sophie Borderie, à consacrer la très grande majorité de son budget (439 millions d'euros) à l'action sociale.

La pauvreté, c'est sans nul doute l'un des enjeux de ces élections départementales en Lot-et-Garonne. Selon les statistiques de l'Insee datant de 2018,  le taux de pauvreté atteint 17 %, et concerne un quart des moins de 30 ans, ainsi qu'une personne sur six âgée de 75 ans ou plus. 
Le département est peu peuplé et une large part de la population, âgée, n'a souvent que de faibles retraites ou pensions comme revenus. 

Les forces en présence

Des enjeux bien connus de la présidente sortante Sophie Borderie, candidate à sa succession avec la Majorité départementale, large formation de gauche. 
Un parti qui ne veut en aucun cas remettre en question l'utilité du RSA , mais fait campagne sur la lutte contre les déserts médicaux, la baisse du prix des repas à la cantine pour les collégiens, ou encore la mise en place d'Epargne 47, un fonds d'épargne en faveur de l'économie sociale et solidaire. 

Face à elle, la liste de droite "100% Lot et Garonne" menée par Pierre Chollet, les "47" de Serge Bousquet-Cassagne, président de la chambre d'Agriculture et ex-leader de la Coordination rurale du département et le Rassemblement national.

Défenseurs du monde rural 

Bastion des Gilets Jaunes, avec des places fortes sur les ronds-points de Marmande ou encore Villeneuve sur-Lot, le département a fait partie de ces territoires fragilisés qui bénéficieront du plan de relance mis en place par Bercy, pour les aider à se relever de la crise sanitaire. 
Un contexte qui pourrait favoriser les candidats du Rassemblement national, présents sur 17 des 21 cantons que compte le département.


En 2015, le parti de Marine Le Pen n'avait pas obtenu de siège aux départements. À l'issue d'une triangulaire au second tour, il a obtenu 24,82% des suffrages, derrière la droite (35,93%) et la liste de gauche alors menée par Pierre Camani qui s'était imposée avec 36,74% des voix, raflant 26 sièges. 

Voir ou revoir le débat

Débat élections départementales en Lot-et-Garonne 2021

INFOGRAPHIE > Elections départementales de 2015 en Lot-et-Garonne - Nombre de voix au second tour -
 

 INFOGRAPHIE > Elections départementales de 2015 - répartition des sièges du conseil départemental du Lot-et-Garonne -


Cette année, l'objectif du RN est donc de renforcer, partout en France, son maillage territorial, afin de préparer la présidentielle et les législatives. Dans sa défense de la ruralité, il pourrait se retrouver en concurrence avec la liste "47", de Serge Bousquet-Cassagne.

Charismatique et controversé, l'ancien président de la Coordination rurale du département est une figure locale reconnue. Son conflit avec la préfecture autour de la rétention d'eau de Caussade a été l'occasion d'afficher haut et fort sa volonté de "défendre la ruralité" et ses valeurs, soit "le goût du travail, le respect des anciens et de tous ceux qui portent une autorité", ainsi qu'il les énumère dans une interview accordée à nos confrères de La Dépêche. (article réservé aux abonnés). 
Sur l'épineuse question du RSA en Lot-et-Garonne, "47" propose la création d'une commission d'attribution, afin "d'inciter les gens à travailler". 

Le rapprochement "pourrait se faire"

Etienne Bousquet-Cassagne, le fils de Serge Bousquet-Cassagne, était lui-même candidat aux municipales de 2020 à Villeneuve-sur-Lot, sous les couleurs… du Rassemblement national. 
De quoi imaginer un rapprochement entre les deux formations politiques ? "Ce n'est pas prévu, mais nous resterons ouverts à une discussion, s'il l'envisageait. On pourrait le faire", nous répond l'eurodéputée Hélène Laporte, secrétaire départementale du RN. 

La majorité sortante devra aussi faire face à la liste 100 % Lot-et-Garonne de Pierre Chollet. Une liste Avenir ensemble (union de la droite et du centre), qui avance unie, contrairement aux forces de droite des autres départements aquitains.
Conseiller départemental d'opposition, pneumologue de profession, Pierre Chollet avait un temps envisagé de se présenter aux régionales aux cotés de Geneviève Darrieussecq (Modem-LREM), avant de jeter l'éponge au mois de mars. Une décision publiquement saluée par Guillaume Lepers, figure locale des Républicains, qui a remporté haut la main la mairie de Villeneuve-sur-Lot, une ville pourtant aux mains des socialistes depuis près de vingt ans. 


De quoi donner des idées, et des ambitions à Pierre Chollet, qui lui aussi ambitionne de faire revenir le département dans l'escarcelle de la droite, qui l'a perdu en 2008. 

Le département en quelques chiffres ►

Elections départementales dans le Lot-et Garonne

Débats sur France 3

France 3 Aquitaine organise des débats pour les Départementales 2021 :
 

Lundi 14 juin : à partir de 23h > Lot-et-Garonne : invités :

 

                             
Lundi 14 juin
: à partir de 23h >  Dordogne

Mercredi 16 juin : à partir de 22h > Gironde

Pour en savoir plus sur les Départementales 2021 >
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections départementales 2021 politique élections