Lot-et-Garonne : le blaireau bête noire des agriculteurs

© maxppp Andrew Marshall 2017
© maxppp Andrew Marshall 2017

En Lot-et-Garonne, les agriculteurs sont inquiets. Ils dénoncent les dégâts causés par le blaireau. D’après les éleveurs, l’animal serait porteur de la tuberculose bovine.

Par Sandrine Papin

C’est un petit animal que l'on a peu de chances de croiser car il vit la nuit. Le blaireau est la bête noire des agriculteurs du Lot-et-Garonne.
Selon eux, le mustélidé serait porteur de la tuberculose bovine, maladie susceptible d’être transmise aux vaches et taureaux.
Les éleveurs redoutent de devoir abattre leurs troupeaux comme l’exige la loi en cas de contamination. 4 nouveaux cas auraient été détectés dans le département et notamment dans le canton du Pays de Serres et du côté de Prayssas. Ils demandent à pouvoir les chasser par tous les moyens jusque dans les galeries creusées par le mammifère.

Les éleveurs redoutent de voir leurs troupeaux contaminés par la tuberculose bovine


Ces animaux (dont la population est en constante augmentation) vivent dans des terriers à proximité des fermes. Ils n’appartiennent pas aux espèces considérées comme nuisibles et peuvent être chassés de mai à février.
Le reste du temps, des battues peuvent être ordonnées par arrêté préfectoral et confiées aux lieutenants de louveterie

Les chasseurs traquent le blaireau, un animal difficile à attraper


Pour les éleveurs, l’enjeu est important : des cheptels contaminés signifient des interdictions de vente décrétées par Bruxelles et donc une perte économique .

Sur le même sujet

Gironde : la ferme à spiruline du Val de l'Eyre

Les + Lus